Strasbourg: Manuel Valls annonce la certification et la multiplication des diplômes universitaires liés à l'islamologie

UNIVERSITE Le gouvernement a annoncé vouloir doubler d'ici à la fin de l'année le nombre de diplômes universitaires proposés dans les formations en islamologie...

Alexia Ighirri

— 

French Prime minister Manuel Valls (C), flqnked by Education minister Najat-Vallaud Belkacem (R) and Interior minister Bernard Cazeneuve, delivers a speech during a visit to Strasbourg's University, northeastern France, to meet with students graduating with a Civil and Civic University Degree, on March 3, 2015.   AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN
French Prime minister Manuel Valls (C), flqnked by Education minister Najat-Vallaud Belkacem (R) and Interior minister Bernard Cazeneuve, delivers a speech during a visit to Strasbourg's University, northeastern France, to meet with students graduating with a Civil and Civic University Degree, on March 3, 2015. AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN — AFP

Lors de son déplacement à Strasbourg avec Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve ce mardi portant notamment sur la formation des imams, Manuel Valls a annoncé la certification et la multiplication des diplômes universitaires (DU) liés à la connaissance de l'islam et rattachés à l'islamologie.

Pour «bâtir enfin l’islam de France» le Premier ministre a indiqué que le gouvernement «a fait le choix de s’appuyer sur l’excellence de l’université française. La formation est une des clés, sinon la clé. Il faut une reconnaissance pleine et entière de ces diplômes. L’islamologie doit permettre de lutter contre l’islam radical.»

Depuis 2011 à l'université de Strasbourg

Avec son «DU droit, société et pluralité des religions», l'université de Strasbourg (Unistra) compte depuis 2011 un de ces diplômes universitaires dans son offre de formations en islamologie. Ce diplôme forme les personnels religieux et les responsables de politique publique, en donnant des outils aux étudiants souvent engagés dans des fonctions cultuelles pour dialoguer avec les pouvoirs publics.

La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud Belkacem en a d'ailleurs profité pour souligner que Strasbourg est devenu un modèle avec ce DU. Il en existe aujourd'hui six en France et l'objectif du gouvernement est de doubler ce chiffre d'ici à la fin de l'année 2015. Une annonce qui réjouit Céline Pauthier, directrice de ce diplôme à l'Unistra, qui avait demandé un peu plus tôt à la ministre la reconnaissance de ce diplôme, «comme voie ordinaire pour accéder à des fonctions cultuelles».

«L’Etat ne s’occupera pas de théologie»

Le Premier ministre a également annoncé des conventions entre les universités et les établissements d’enseignements privés pour mettre en place des bi-parcours. Ce qui permettrait de coupler une approche théologique et une formation civique et civile.

Question théologie justement, Manuel Valls a voulu être clair: «L’Etat ne s’occupera pas de théologie. Il n’y aura pas de loi ou de décret pour dire ce qu’est l’islam. Jamais l’Etat ne prendra le contrôle d’une religion ou d’un culte. Est-ce une raison pour n’avoir rien à dire, n’avoir aucune réponse à apporter à nos concitoyens? Nous ne pouvons pas rester indifférents.»