«Top Chef»: «Certains m'appellent l'homme à abattre», plaisante Xavier Koenig

INTERVIEW Le lundi, c'est raviolis chez certains. Sur M6, c'est «Top Chef» à 20h55. Benjamin de l'émission, l'Alsacien Xavier Koenig est toujours en lice...

Propos recueillis par Floréal Hernandez
— 
Xavier Koenig, candidat alsacien de «Top Chef» 2015, aux côtés de Philippe Etchebest.
Xavier Koenig, candidat alsacien de «Top Chef» 2015, aux côtés de Philippe Etchebest. — Pierre Olivier / M6

Apprenti et déjà «Top Chef». Grâce à son succès dans Objectif Top Chef, Xavier Koenig, 19 ans, a intégré l'émission culinaire de M6. Et malgré un déficit d'expérience, le jeune Alsacien, meilleur apprenti de France en 2012 et commis à l'Auberge Saint-Laurent à Sierentz, rivalise face aux autres candidats et est toujours en course après cinq semaines de compétition. Mieux, Xavier Koenig récolte souvent les félicitations du jury.

A-t-il été facile de passer de Objectif Top Chef à Top Chef?

Non, le niveau est totalement différent. Il est deux à trois fois plus élevé. Dans Objectif Top Chef, j'étais opposé à des apprentis, là je suis face à des grands chefs. C'est difficile mais on s'habitue à force. Je dois me creuser plus la tête, réfléchir plus car on ne connaît les consignes et les attentes que sur le moment. Dans ma cuisine, je dois être plus rapide et  plus efficace.

>> Le portrait de Xavier dans Top Chef

Comment avez-vous été accueilli par les autres candidats de Top Chef?

Ils m'ont pris à la rigolade au début comme je suis un jeune commis et que j'ai peu d'expérience. Au fur et à mesure, ils ont commencé à me prendre au sérieux. Certains m'appellent «l'homme à abattre» aujourd’hui (sourire).

D'avoir participé à Objectif Top Chef vous donne-t-il l'avantage de savoir ce qu'un chef comme Philippe Etchebest attend? On pense par exemple au jus de viande lors de l'épreuve de rattrapage sur le bœuf.

Non. Je sais que Philippe Etchebest ne va pas me lâcher mais il est intransigeant avec tout le monde. Sur le jus de viande, j'ai été le seul à le faire, mais quand je mange, j'aime avoir un jus avec mon plat. Je n'ai pas pensé à Philippe Etchebest en réalisant ce plat. Aujourd'hui ma cuisine évolue avec les épreuves de l'émission mais j'ai toujours l'idée de me faire plaisir avant tout.

Lundi dernier, votre tarte aux pommes a été saluée. Elle est même désormais en vente chez Auchan...

C’est quelque chose d'extraordinaire. Ça fait vraiment plaisir.

>>> Le dessert de Xavier à 2'10.

L'émission a-t-elle changé le regard que portent sur vous vos collègues de l'Auberge Saint-Laurent?

Non, ils ont les mêmes regards qu'avant. Ils sont toutefois impressionnés de ce que je peux faire dans Top Chef. Ils ne me soupçonnaient pas capable de ça avant. Par contre, dans la rue, aujourd'hui, il m'arrive de signer des autographes, qu'on me demande de faire une photo (sourire).

Top Chef peut-il contribuer à accélérer votre carrière?

Oui. L'émission est regardée par de nombreux restaurateurs, de nombreux chefs. Professionnellement, elle est très formatrice. J'ai aussi gagné en maturité. Ma cuisine est plus simple, carrée, recherchée. Je vais à l'essentiel alors qu'avant j'étais plus brouillon. Mais à 19 ans, j'ai encore pas mal de choses à apprendre.