Eurométropole: Des augmentations de la taxe d'habitation et de la taxe foncière prévues dans le budget primitif

POLITIQUE Le budget primitif 2015 arrive au conseil de l'Eurométropole ce vendredi. Il prévoit une hausse de 4 euros de la taxe d'habitation et de 22 euros de la taxe foncière en moyenne par foyer...

Alexia Ighirri
— 
L'hémicycle du centre administratif de Strasbourg. (Illustration)
L'hémicycle du centre administratif de Strasbourg. (Illustration) — Varela

La baisse de la dotation globale de fonctionnement, une ponction de 67 millions d'euros d'ici à 2017, avait obligé l'Eurométropole de Strasbourg à repousser son débat et le vote du budget 2015. C'est donc ce vendredi qu'il sera discuté dans l'hémicycle du centre administratif.

Face à la contrainte financière forte imposée par l'Etat et à la situation inattendue à l'usine d'incinération Senerval, qui a besoin de travaux de désamiantage, l'exécutif va proposer un budget primitif de 684,2 millions d'euros en fonctionnement et 298 millions d'euros en investissement, marqué par une augmentation des taxes.

Hausse de 4 et 22 euros

Ce budget prévoit en effet «une hausse de la fiscalité la plus résiduelle possible», indique Caroline Barrière, vice-présidente de l'Eurométropole en charge des questions budgétaires. La taxe d'habitation augmentera de 4 euros en moyenne par foyer et par an, la taxe foncière de 22 euros en moyenne par foyer et par an. Une hausse de la taxe sur les ordures ménagères (11 euros en moyenne) est également mentionnée.

Sur la fiscalité, le vice-président Alain Jund estime que le fait d'augmenter de manière un peu plus importante la taxe foncière que la taxe d'habitation relève de «la justice fiscale». Du côté d'Yves Bur on «assume le choix qui a été fait». Et selon le vice-président, «tout le monde l'a compris. Il n'y aura pas besoin de 49.3», glisse-t-il en référence à ce qu'il s'est passé à l'Assemblée nationale autour de la loi Macron.

Des économies à faire

Caroline Barrière souligne toutefois que pour accompagner cette hausse de la fiscalité chez les habitants de l'agglomération, «il faut que les efforts soient partagés en interne, dans les services et avec les partenaires». L'Eurométropole annonce des économies de l'ordre de 16 millions d'euros. La vice-présidente cite en exemple la renégociation d'un contrat sur le gaz et ses 400.000 euros d'économies, le contrôle des photocopies et de l'affranchissement pour respectivement 100.000 euros et 200.000 euros d'économies. Les subventions aux partenaires tels que l'Adeus ou l'office de tourisme sont par ailleurs restés stables et la contribution à la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) s'est réduite de 3,3 millions d'euros.