Strasbourg: Les commerçants ont réussi à remonter la pente des soldes d'hiver

COMMERCE Le bilan des soldes est à peu de chose près le même que l'an dernier. Les commerçants ont visiblement pu rattraper le retard dans leur chiffre d’affaires de début janvier en raison des attentats à Paris...

Alexia Ighirri
— 
Fin des soldes. Le 10 02 2009
Fin des soldes. Le 10 02 2009 — G. VARELA / 20 MINUTES

Si les soldes d'hiver ont commencé début en janvier dans des circonstances exceptionnelles avec les attentats, cette période se termine globalement au même niveau que l'an dernier.

«Quand les gens ont appris ce qu'il s'était passé à Paris, tout s'est arrêté. Les gens n'avaient plus la tête à ça et c'est normal. Sauf qu'économiquement, ce sont les quatre jours les plus forts, indique Pierre Bardet, directeur général de l'association commerçante Vitrines de Strasbourg. Il y a eu une chute de 50 à 60% du chiffre d'affaires, parfois plus pour certains commerçants. Et puis, cela a été rattrapé doucement.»

Paniers plus importants

Au final, le bilan des soldes est, à 5% près selon lui, le même que celui de l'an passé. Une tendance confirmée par la directrice du centre commercial Rivétoile, Florence Feldmann: «C'est assez vite revenu à la normale. Globalement sur le mois de janvier, on est au même chiffre que l'an dernier. Il y a peut-être eu moins de monde mais les paniers ont été plus importants».

Surtout en février, quand «le froid très hivernal a déclenché les achats de grosses pièces comme les doudounes ou celles pour aller au ski», note Pierre Bardet. Autre coup de pouce, peut-être: la semaine de soldes supplémentaire cette année, en remplacement aux soldes flottantes, portant cette période de réduction jusqu'au 17 février. Si pour certains, à l'image de cette employée dans une boutique de vêtements du centre-ville, «les soldes sont déjà trop longues», pour Pierre Bardet «sur le principe, c'est une bonne chose. Je suis content que les soldes flottantes soient supprimées, ça foutait le bazar».

Cadeau de la Saint-Valentin en soldes

Florence Feldmann concède que «sur la longueur, c'est compliqué à animer pour le commerçant. Mais pour le consommateur, on est presque dans une autre dynamique commerciale: les clients sont peut-être contents de profiter des soldes pour les cadeaux de Saint-Valentin». C'est exactement ce que l'employé d'un magasin de chaussures près des Halles a remarqué: «Plusieurs clients, généralement des hommes, ont profité des soldes pour acheter une paire de chaussures en cadeau».