Cimetière juif profané: Cinq adolescents en garde à vue

FAITS DIVERS Cinq garçons de 15 à 17 ans ont été mis en garde à vue lundi. Ils auraient profané 250 tombes du cimetière juif de Saverne. L'un se défend de tout acte antisémite...

Floréal Hernandez

— 

L’entrée  du cimetière juif profané  Sarre Union. le 16 février 2015.
L’entrée du cimetière juif profané Sarre Union. le 16 février 2015. — G. Varela \ 20 Minutes

L'enquête sur la profanation du cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, avance très vite. L'acte a été révélé dimanche par le ministre de l'Intérieur et dès lundi 14h45, cinq adolescents de 15 à 17 ans ont été placés en garde à vue.

>>> En DIRECT. Tous les événements de la journée.

250 tombes dégradées

Lundi à 10h15, «un jeune homme de 15 ans s'est dénoncé à la brigade de gendarmerie de Sarre-Union pour sa participation aux faits», a expliqué le procureur de la République de Saverne, Philippe Vannier lors d'une conférence de presse très suivie médiatiquement. L'adolescent s'est présenté aux forces de l'ordre après «le retentissement de l'affaire et après en avoir parlé avec des amis qui l'ont convaincu de se rendre», poursuit le procureur.

>>> Reportage à Sarre-Union: «Comment peut-on s'en prendre aux morts?»

Les cinq garçons ont profané le cimetière jeudi 12 février entre 15h et 18h. «Deux cent cinquante tombes ont été dégradées. La plupart des stèles ont été renversées, les colonnes arrachées. Quelques caveaux ont été ouverts sans qu'il n'y ait eu d'atteintes aux défunts. Le monument aux victimes de la déportation a également été détérioré», a énuméré Philippe Vannier.

Sept ans de prison

Quatre des ados sont originaires de Sarre-Union, un de Lunéville en Lorraine. «On ne connaît pas leurs motivations mais aucun n'a d'antécédent judiciaire ni de conviction idéologique qui peut expliquer ce comportement, a expliqué le procureur de la République de Saverne. Leurs familles ne sont pas repérées par les services de police judiciaire comme posant des difficultés.»

Les cinq jeunes garçons risquent 7 ans de prison pour profanation de sépulture en raison de la religion des défunts et dégradation en réunion sur des biens publics. Le jeune homme qui s'est dénoncé «se défend de tout antisémitisme», souligne Philippe Vannier. Le procureur a ajouté: «Ils considéraient que le cimetière était abandonné.»

Le procureur de la République de Saverne a reconnu que les faits ressemblaient à ceux de 2001 où quatre jeunes adolescents sans antécédent judiciaire, trois garçons et une fille de 13 à 15 ans, avaient déjà profané le cimetière juif de Sarre-Union.