Strasbourg: La Grande mosquée et le CRCM contestent les chiffres en hausse de conversion à l'islam depuis les attentats

RELIGION Depuis les attentats de «Charlie Hebdo» et la prise d'otage à l'épicerie Casher à Paris, les conversions à l'islam seraient en forte hausse atteignant même les 30 % à Strasbourg...

Gilles Varela
— 
Strasbourg le 8 janvier 2015. La grande mosquee de Strasbourg
Strasbourg le 8 janvier 2015. La grande mosquee de Strasbourg — Gilles Varela

Depuis les attentats de Paris le mois dernier, le nombre de personnes convertis à l'islam se serait multiplié au niveau national, indiquent certains de nos confrères. Et particulièrement à Strasbourg où les conversions, par rapport à janvier 2014, auraient augmenté de 30%, tout comme à Aubervilliers (en Seine Saint Denis), et un peu moins à Lyon (15 à 20%).

Pas de changement remarqué

Une tendance que conteste Ali El Jarroudi, président depuis trois mois de la Grande mosquée de Strasbourg: «Je suis surpris de ce chiffre et je ne sais pas d'où il sort. Aucune personne ne s'est rapprochée de nous. Nous n'avons pas remarqué de changement. Il n'y en a pas plus maintenant qu'avant. Nous n'avons pas de statistiques sur le sujet actuellement. Nous avons d'autres préoccupations. Si nous avions remarqué une augmentation particulière, nous aurions commencé à en établir, à la chiffrer. Ce qui n'est absolument pas le cas.»

Difficile de compter

La Grande mosquée de Strasbourg est la seule habilitée à délivrer des certificats de conversion, permettant ainsi aux personnes d'obtenir certains visas, de préparer un voyage comme le pèlerinage à La Mecque, en Arabie Saoudite.

Une habilitation que minore Ercan Murat, vice président du CRCM (Conseil régional du culte musulman d'Alsace) qui représente 150 mosquées en Alsace: «Il n'y a pas d'institution qui soit habilitée. La Grande mosquée fournie les attestations officielles mais nous faisons aussi les conversions à l'islam. Il n'empêche, je suis également surpris par ce chiffre. Nous n'avons pas remarqué d'augmentation même si l'intérêt pour découvrir l'islam grandit. Mais il n'y a pas plus de conversion qu'avant. Il y en a eu deux ces derniers temps mais qui n'avaient absolument rien à voir avec les événements.»