Handball: Rentrée gagnante du PSG chez Thierry Omeyer

SPORT Une semaine après le sacre mondial de la France, le PSG a repris la compétition en Coupe de France, en Alsace chez Thierry Omeyer. Face à l'entente Strasbourg-Schiltigheim (ProD2), la qualification (24-31) a été acquise sans sourciller...

Floréal Hernandez

— 

L'ESSAHB d'Arnaud Freppel a tenu le choc face au PSG en 16e de finale de Coupe de France. Les Bas-Rhinois s'inclinent (24-31).
L'ESSAHB d'Arnaud Freppel a tenu le choc face au PSG en 16e de finale de Coupe de France. Les Bas-Rhinois s'inclinent (24-31). — Samy.m / www.photos-samy-m.com

Les quatre champions du monde du PSG présents à Schiltigheim, dimanche, ont tous eu le droit à leur ovation avant le 16e de finale de Coupe de France entre l'Entente Strasbourg-Schiltigheim (ProD2) et Paris. Mais un a eu droit à plus de bruit que les autres: Thierry Omeyer, le local de l'étape.

Omeyer mis au banc

Comme chez lui, le Cernéen s'est pourtant assis sur le banc. Des cinq champions du monde parisiens, trois ont joué: Xavier Barrachet, William Accambray et Samuel Honrubia, et deux se sont reposés: Daniel Narcisse absent et Thierry Omeyer qui n'est pas du tout entré en jeu. Aucun regret de ne pas être à la parade devant ses parents. «Ils m'ont déjà vu jouer, sourit-il. C'est bien de récupérer. Il y a de grosses échéances qui arrivent.»

>>> La plus grosse activité de Thierry Omeyer face à l'ESSAHB.

Même si le PSG a eu un début de match difficile avec trois premières attaques vaines, un premier quart d'heure en mode diesel (mené 7-5), le club de la capitale n'a pas eu besoin de son gardien quadruple champion du monde pour prendre la mesure de l'ESSAHB, 12e et avant-dernier de ProD2.

«Hansen nous a enterrés»

Non, c'est Mikkel Hansen, meilleur joueur du monde 2011, qui a sapé les quelques espoirs alsaciens nés des ratés parisiens. Avec le Danois sur le parquet, le PSG a comblé son retard de deux buts (7-5) pour atteindre la pause avec quatre buts d'avance (11-15). «C'est lui qui a fait basculer le match, confirme Maxime Duchene, le portier de l'ESSAHB. En attaque, il a fait les décalages, les passes au pivot, tiré [six buts en quinze minutes]. Il nous enterre. » Duchene retient qu'il a arrêté un de ses tirs comme un jet de 7 mètres de Melic ou une contre-attaque de Honrubia. « Oui, mais Hansen m'avait déjà mis trois ou quatre buts (sourire)

>>> Visitez Paris avec Mikkel Hansen.

En deuxième période, Paris a géré, creusé l'écart (15-26, 44e) et s'est qualifié (24-31). Côté alsacien, il y avait de la «fierté de s'être accroché, de n'avoir pas été ridicule», souligne Maxime Duchene. Par contre, une pointe de frustration perçait car Omeyer n'a pas joué. «Ça aurait été bien d'essayer de lui marquer un but, sourit Joffrey Bonnemberger. On espérait aussi Daniel Narcisse. Mais bon une semaine après le mondial...»