VIDEO. Strasbourg: Un mur de tennis digital pour devenir le futur Nadal ou le prochain Federer

TECHNOLOGIE Le Strasbourgeois Rémi Gilberton remet au goût du jour le mur pour s'entraîner à jouer au tennis. Désormais, il n'est plus en béton mais doté de 64 LED multicolores...  

Floréal Hernandez

— 

Digi-tennis 2.0, un mur digital pour s'entraîner au tennis.
Digi-tennis 2.0, un mur digital pour s'entraîner au tennis. — F. Hernandez / 20 Minutes

Des LED à éteindre grâce à son revers ou son coup droit. Rémi Gilberton a donné un coup de jeune au mur de tennis. Ce Strasbourgeois de 46 ans, ex-890e joueur mondial en 1988, a créé Digi-tennis 2.0: un mur de 2x2m avec 64 lampes protégées par un plexiglas. Le but? S'entraîner de manière ludique mais efficace.

Raquette de junior et balle à vitesse limitée

«Le tennis est un sport génial quand on passe la phase d'apprentissage technique difficile. Dans les années 1980 et 1990, énormément de gens ont renvoyé des balles face à un mur pour apprendre à jouer. Aujourd'hui, le mur a perdu son attractivité car il n'a pas su évoluer», constate Rémi Gilberton.

>> Quelques balles tapées face au Digi-tennis 2.0.

 

Alors ce Strasbourgeois, propriétaire d'une académie de tennis à Houlgate en Normandie, a «connecté» l'obsolète mur en béton en le dotant de LED multicolores et d'une centaine de programmes d'entraînement. Sur une aire de jeu de 60 à 80 m2, avec une raquette junior –manche plus court de 2 cm– et une balle dont le diamètre est un peu plus gros et la vitesse réduite de 75%, il faut enchaîner les coups droits ou les revers pour désactiver les lampes. Soit en répétant les touches sur une cible bien définie, soit en atteignant des pavés de LED qui bougent à chaque touche, etc.

500 balles tapées par heure

«Le mur permet de travailler sa technique, sa concentration, son œil, son physique, explique Rémi Gilberton. Ce n'est pas un jeu vidéo mais un outil de pratique.» En une heure, on frappe la balle près de 500 fois contre 80 fois sur un court. «Si on tape plein de balles, la progression est plus rapide», lance-t-il.

Rémi Gilberton, inventeur strasbourgeois du mur digital, Digi-tennis 2.0. - F. Hernandez / 20 Minutes
 

Le créateur –qui a breveté son invention pour le tennis mais également le foot et le hand– a développé aussi un mini Digi-tennis 2.0 de 32 LED et trois poteaux électroniques dotés de trois cibles qu'il faut atteindre avec la main, la raquette ou autre quand l'une des cibles s'allume. «Là, on travaille les appuis, les déplacements, l'orientation et le physique», souffle-t-il une fois la démonstration terminée.

Côté prix, l'ex-pro annonce de 50.000 à 65.000 euros selon le nombre d'appareils. «Ça ne remplace pas un court de tennis mais c'est une infrastructure supplémentaire adaptée à tous les publics», juge Rémi Gilberton. Et le grand public pourra découvre son mur digital lors des Internationaux de Strasbourg 2015 et peut-être à Roland Garros 2015.

J'ai testé le Digi-tennis 2.0. Je le dis tout de suite, le tennis ce n'est pas mon truc. Mes seules expériences tennistiques datent de la Super Nintendo et d'une ou deux parties de Wii. Là, pendant deux minutes, j'ai aligné les coups droits, les revers pour éteindre les 64 LED du mur. Un challenge que je n'ai pas atteint, les quatre dernières lampes au cœur de la cible sont restées allumées, mais je me suis véritablement amusé.