Strasbourg: A la Saint-Valentin, ils se frottent les mains.

TOURISME Opération expansion pour la troisième édition de «Strasbourg mon amour»...

Gilles Varela
— 
A Strasbourg, la Saint-Valentin dure dix jours en 2014.
A Strasbourg, la Saint-Valentin dure dix jours en 2014. — G. Varela / 20 Minutes

«L'amour est plus que jamais à l'ordre du jour», a dit en prélude Jean-Jacques Gsell, président de l’Office de tourisme de Strasbourg et sa région (OSTR), lors de la présentation à la presse du programme de «Strasbourg mon amour». Et qui dit amour dit espoir. Et ce n'est pas ce qui manque. La troisième édition qui se répandra dans la ville du 6 au 15 février est prometteuse. Si bien que dès Samedi une délégation s'envolera pour Tokyo rencontrer le maire très intéressé par l'amour made in Alsace.

>> Pour connaître le programme, cliquez ici

Et c'est bien là l'objectif. Faire de cet événement un incontournable comme l'est «Strasbourg Capitale de Noël». Et le pari semble tenu. Déjà, l'année dernière l'OSTR avait enregistré pour cette seule période une augmentation de 4 à 6.000 visiteurs extérieurs. Et comme dans les histoires d'amour, quand tout va bien, tout roule. Aussi les propositions et les partenaires se bousculent pour participer à la noce et font de l'œil à la belle. Une très bonne nouvelle non seulement parce que cela témoigne de l'intérêt et de la solidité du projet, mais aussi une assurance et un soulagement financier quand on sait que le budget total de l'opération est de 450.000 euros, dont 60.000 proviennent de la collectivité.

Redécouvrir la ville

Mais l'argent ne fait pas le bonheur. Et bien d'autres raisons permettent aux organisateurs de se réjouir. Et pour ne pas tomber dans la routine, ils vont cette année encore redoubler d'efforts et multiplier les initiatives. Disséminés dans la ville, les temps forts se suivront avec des soirées festives, coquines, des moments poétiques, culturels, littéraires, des tête-à-tête gastronomiques, des visites insolites qui permettront, non seulement aux touristes mais aussi aux Strasbourgeois, de redécouvrir leur ville. Et Alain Fontanel, premier adjoint au maire préfère prévenir «Ce n'est pas une opération commerciale. Il n'y a pas de tricherie sur le produit. Notre ville est romantique et cela est mis en évidence depuis trois ans».

Et comme l'amour est universel, nul doute que «Strasbourg mon amour», c'est pour toujours.