Bas-Rhin: Les militaires toujours mobilisés, une trentaine de personnes suivie

SECURITE En marge de ses vœux à la presse, le préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace a mentionné le dispositif de sécurité mis en place au lendemain des attaques terroristes à Paris...

Alexia Ighirri
— 
Stéphane Bouillon, préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace.
Stéphane Bouillon, préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace. — G. Varela \ 20 Minutes

Lors de ses vœux à la presse mardi, le préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace Stéphane Bouillon a logiquement axé une partie de son discours sur les événements tragiques d'il y a deux semaines et leurs conséquences ainsi que sur la liberté d'expression.

Cette rencontre a aussi été l'occasion de repréciser les forces venues en renfort pour sécuriser les lieux sensibles du département. A ce jour, indique le préfet, 243 soldats de l'armée de terre sont toujours positionnés autour des lieux de culte, à Strasbourg notamment.

Stéphane Bouillon a également indiqué qu'une trentaine de cas, soupçonnés d'avoir un lien avec le djihad, est également suivie dans le Bas-Rhin. «Ce sont parfois des parents qui s'inquiètent parce que leur enfant s'est converti à l'islam, et puis parfois ce sont d'autres profils», note le préfet, soulignant que les services de l'Etat «ne connaissent pas tout le monde. Coulibaly et les frères Kouachi ne sont pas les trois seules personnes qui peuvent être tentées par cela. Soyons vigilants, parce qu'on ne sait pas forcément où ils sont.»