Miss Prestige National: Geneviève de Fontenay en a encore sous le chapeau

CONCOURS Dimanche, Miss Prestige National 2015 sera élu à Kirrwiller en Alsace. Présidente d'honneur, Geneviève de Fontenay chapote toujours l'élection à 82 ans...

Floreal Hernandez
— 
Strasbourg, le 13 janvier 2015. - Geneviève de Fontenay et Christiane Lillio, présidente du comité Miss Prestige National.
Strasbourg, le 13 janvier 2015. - Geneviève de Fontenay et Christiane Lillio, présidente du comité Miss Prestige National. — G. Varela \ 20 Minutes

Geneviève de Fontenay est toujours indomptable. Quand un photographe lui propose de s'asseoir dans un fauteuil pour poser aux côtés de Christiane Lillio, Miss France 1968 et présidente de Miss Prestige National, la dame au chapeau refuse et lance: «Oh, ça va faire douairière! C'est comme si j'étais dans un trône.» A une autre proposition, elle accepte et sourit pour le cliché.

«Je n'aime ni l'avion ni la chaleur»

A 82 ans, Geneviève de Fontenay est la présidente d'honneur de Miss Prestige National. «C'est plus qu'un titre. Elle fait partie intégrante du comité», admet Christiane Lillio. «C'est le chapeau qui chapote, rigole l'inusable organisatrice de concours de beauté. Ça fait un demi-siècle que je suis là.»

>>> Un best-of des meilleures phrases de Geneviève de Fontenay.

 

 

 

En 2014, elle a participé à 19 des 25 galas de l'association. «Je ne fais pas ceux de l'Outre-Mer. Je n'aime pas l'avion ni la chaleur», explique Geneviève de Fontenay. Pour la cérémonie de dimanche au Royal Palace de Kirrwiller, elle connaît le déroulé exact de la soirée. Le premier passage des 30 candidates au titre de Miss Prestige National sera en robe folklorique. «Vous avez vu l'élection de Miss France 2015?, interroge-t-elle. Vous avez vu le passage en robe folklorique, il aurait mieux valu ne rien faire. On aurait dit que Miss Alsace avait des oreilles d'éléphant [à 5'20 de la vidéo].»

Elle grince contre sa propre élection

Si la brouille avec Endemol, Geneviève de Fontenay à son avis sur l'émission. «Les filles marchaient comme des militaires, les robes étaient moins belles que l'an dernier et le maillot de bain tigre n'était vraiment pas classe», énumère-t-elle.

>>> Diaporama des 30 candidates de Miss Prestige National.

La dame au chapeau peut également grincer contre sa propre élection: «Ce qui m'embête, c'est que la majorité du jury est masculine [cinq hommes pour quatre femmes].»  La nouvelle carte des régions n'échappe pas à son courroux. «On continuera avec nos régions et nos provinces», assène Geneviève de Fontenay.

Des Miss Alsace ne l'ont pas épargnée

Quand on évoque l'Alsace et ses Miss devenues Miss France, elle se fait discrète. Le nom de Suzanne Angly revient (Miss France 1969), celui de Nathalie Marquay aussi «la première Miss France élue à la télévision [1987]». Mais Geneviève de Fontenay refuse de donner des anecdotes. «Il y a des choses que je ne préférerai pas revivre (sourire). Il vaut mieux la fermer.»