Strasbourg: Le «Vodou» mène la vie de Château

EXPOSITION Après un an d'existence, le musée vodou, unique au monde, se donne les moyens de doubler sa fréquentation...

Gilles Varela

— 

Château Vodou. Zangbeto, la police de la nuit.
Château Vodou. Zangbeto, la police de la nuit. — G. Varela / 20 Minutes

Le musée Vodou sort de l'ombre. C'est un nouveau départ symbolisé par un nouveau nom: «Le Château Vodou», et une nouvelle équipe.

Il y a tout juste un an, Marc Arbogast, propriétaire d’une collection de plus de 1.000 pièces d’objets vaudou Ouest-africains, avait décidé d'investir le château d'eau daté de 1878 et de créer un musée, unique au monde.

Mais des horaires compliqués, avec ou sans réservation, un site internet vieillissant, une visibilité moyenne, une ambiguïté sur le nom même qui laissait  penser qu'il s'agissait d'un musée public et donc gratuit le premier dimanche du mois, n'avaient pas facilité les visites. Les entrées ont plafonné à 3.000 visiteurs pour cette première année. Insuffisant pour un musée qui fonctionne uniquement sur des fonds propres.

Une nouvelle équipe et une nouvelle stratégie

Aussi, le musée s'entoure d'une nouvelle équipe pour «une stratégie dynamique, réaliste et économique», représentée notamment par sa jeune administratrice, Adeline Beck, diplômée de Sciences Po. Elle incarne pour Marc Arbogast la nouvelle stratégie qui se met en place «par un développement du mécénat et des partenariats».

Désormais le musée dont le nom met en avant le formidable bâtiment inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, dispose de véritables horaires d’ouverture réguliers et élargis, d'un relooking du site internet avec de nouvelles traductions pour les visiteurs étrangers, d'une boutique, d'une nouvelle programmation culturelle et scientifique ainsi que de nouvelles acquisitions.

«Nous espérons doubler les entrées, annonce Marc Arbogast. Le site internet est consulté par des internautes de soixante-dix pays différents et chose rare, avec une durée moyenne de sept minutes ce qui témoigne de l’intérêt qui est porté au musée.»

Des bornes connectées vont prochainement être installées, ce qui permettra aux visiteurs de s'informer précisément sur les collections sans utiliser une connexion personnelle.

Une subvention

Annoncé en décembre, «comme un cadeau et avec surprise» confie Marc Arbogast, le «Château Vodou» va recevoir le soutien de la collectivité avec notamment une subvention de 100.000 euros accordée par la Ville de Strasbourg.

Et les défis ne manquent pas, avec le projet d'une extension pour créer à l'entrée «un sas de mise en ambiance», ou de disposer d'un autel extérieur dédié aux pratiquants et adeptes du Vodou, le premier en Europe, pour rendre un peu plus accessible encore «l'invisible» à de nombreux visiteurs.