Alsace: Pas de trêve pour la mobilisation contre la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne

REFORME TERRITORIALE Les opposants alsaciens à la nouvelle carte des régions ne craignent pas un essoufflement du mouvement pendant les fêtes de fin d'année...

Floréal Hernandez

— 

Manifestation contre la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne, le 13 décembre 2014, à Strasbourg.
Manifestation contre la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne, le 13 décembre 2014, à Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes

Noël ne gâtera pas la mobilisation alsacienne contre la réforme territoriale, promettent les opposants à cette grande région. Alors que l'Assemblée nationale doit adopter définitivement la nouvelle carte des régions, mercredi, fusionnant l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne, ils ne craignent pas un essoufflement de leur mouvement avec les fêtes de fin d'année.

Un prochain rendez-vous fixé sur le Pont de l'Europe, le 10 janvier

Ce jeudi, les parlementaires UMP doivent déposer un recours devant le Conseil constitutionnel contre cette nouvelle carte de 13 régions. Sur son compte Facebook, le député UMP du Haut-Rhin Jean-Luc Reitzer explique: «Notre principal argument est qu'il est indispensable de consulter préalablement la collectivité territoriale avant de modifier son périmètre.» Le Conseil constitutionnel doit statuer dans un délai d'un mois.

D'ici là, malgré la trêve des confiseurs, de nouvelles manifestations sont annoncées sur les réseaux sociaux. Un appel à un rassemblement a été lancé pour le 10 janvier 2015 sur le Pont de l'Europe. «Le lieu est symbolique à tout point de vue, souligne Jean-Philippe Maurer, conseiller général UMP du Bas-Rhin et opposant à la nouvelle carte des régions. Contrairement à ce qui est annoncé, il n'y a pas un repli sur soi de l'Alsace. Là, cela montre son lien avec l'Europe, avec la territorialité rhénane.»

Au cœur du débat des élections départementales?

Du côté d'Unser Land, on l'assure: «On est prêt à se mobiliser pendant 40 ans s'il le faut, lance Jean-Georges Trouillet, porte-parole et vice-président du Parti autonomiste alsacien. Ce sujet nous touche au plus profond de nous-mêmes, il n'y a pas besoin d'entretenir la flamme.» Sur les trois derniers mois, le parti dit avoir enregistré une centaine de membres supplémentaires pour un total avoisinant les 350 membres.

Le sujet de la fusion de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne va probablement animer les élections départementales (ex-cantonales) de mars 2015. «Ça peut devenir un sujet central, provoquer un regain de débats, de positions, de critiques», estime Jean-Philippe Maurer. Unser Land affiche son intention de prendre part au scrutin en présentant des candidats mais aussi en appelant à faire battre certains candidats.