Télévision: Un Alsacien en finale de «Objectif Top Chef» sur M6

GASTRONOMIE Commis à l'Auberge Saint-Laurent à Sierentz, Xavier Koenig, est l'un des six apprentis en finale de «Objectif Top Chef» sur M6. Habitué des concours, le jeune Alsacien vise la victoire pour participer à «Top Chef 2015»...

Floréal Hernandez

— 

Xavier Koenig, candidat de l'émission de M6 «Objecitf Top Chef», et Philippe Etchebest, chef étoilé et juge de l'émission.
Xavier Koenig, candidat de l'émission de M6 «Objecitf Top Chef», et Philippe Etchebest, chef étoilé et juge de l'émission. — Aurélien Faidy / M6

Meilleur apprenti de France en 2012, Xavier Koenig est l'un des six finalistes de l'émission de M6 «Objectif Top Chef». De lundi à vendredi à 18h30, le cuisinier de 19 ans qui a fait une partie de son apprentissage au Chambard à Kaysersberg, aux côtés du chef deux étoiles Oliver Nasty, va tenter de décrocher sa place pour «Top Chef 2015».

Qu'est ce qui vous a poussé à participer à «Objectif Top Chef»?

C'est un challenge de plus que je me suis lancé. J'avais déjà fait le concours de Meilleur apprenti de France et celui des Olympiades des métiers. C'est une autre expérience devant des caméras que je voulais essayer.

Est-ce particulier de cuisiner en étant sous l'œil des caméras?

C'est particulier. C'est un autre stress à gérer. Il faut faire son travail correctement et en même temps expliquer ce que l'on est en train de préparer. Au début, c'est un peu compliqué à gérer et puis on s'habitue à détailler sa recette étape par étape.

>>> Le portrait de Xavier Koenig dans «Objectif Top Chef».

Et devant Philippe Etchebest, un chef renommé et charismatique?

Forcément, il est très imposant, très impressionnant. Philippe Etchebest est un peu un symbole culinaire: il a été meilleur ouvrier de France, il a deux étoiles au Michelin. Il est rigoureux, technique, il aime les produits simples, sans chichis. C'est quelqu'un que j'appréciais. Avec «Objectif Top Chef», on apprend à le connaître, à savoir ce qu'il aime, ce dont il a envie.

Que désire-t-il?

Il veut qu'on travaille proprement, qu'on soit pro. Il aime les plats simples et goûtus avec de la technique, de la création. Il n'est pas trop cuisine moléculaire ou déstructurée. Il préfère quand elle est riche et gastronomique.

Et qu'aimez-vous travailler vous?

Tout particulièrement le gibier. Ma mère travaille chez un boucher-charcutier-traiteur et souvent elle rapportait du sanglier. Mais pour l'émission, je n'ai pas réalisé des recettes que j'avais déjà faites. J'ai utilisé des techniques déjà employées mais la plupart du temps, c'était des créations en fonction de l'inspiration du moment et des produits mis à disposition pour la recette.

En participant à «Objectif Top Chef», vous ambitionnez de participer à «Top Chef»...

Pas forcément, je prends les épreuves les unes après les autres. Mais si je vais à «Top Chef», ce sera une expérience formatrice. Après ce sera assez compliqué car de grands chefs expérimentés y participent. Mais je n'ai pas peur des challenges.