Strasbourg: Les trois chiffres à retenir du budget municipal 2015

POLITIQUE Le budget primitif de la ville, marqué par la baisse des dotations de l'Etat, sera voté lundi en conseil municipal...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg le 29 04 2014. Premier Conseil municipal de la nouvelle équipe. Illustration Hemicycle
Strasbourg le 29 04 2014. Premier Conseil municipal de la nouvelle équipe. Illustration Hemicycle — Varela

Il sera beaucoup question d'euros, de pourcentages, de hausses et de baisses lundi matin au conseil municipal. Et pour cause: le budget primitif 2015 de la ville de Strasbourg y sera mis au vote. L'exercice 2015 sera marqué par une baisse des dotations de l'Etat (6,67 millions d'euros) et, histoire d'en compenser une partie, par une hausse des impôts. Pour y voir un peu plus clair dans cette suite de chiffres, 20 Minutes vous détaille les trois données principales du budget.

509,9 millions d'euros. C'est le montant total du budget 2015 de la ville de Strasbourg. Dans cette enveloppe globale, 370 millions d'euros sont consacrés au fonctionnement, dont un peu plus de la moitié aux charges de personnel. Même si, fait rare, celles-ci baissent de 500.000 euros. Le budget primitif 2014 s'élevait à 518,6 millions d'euros.

106,4 millions d'euros. C'est le niveau d'investissements de la ville en 2015, qui «doit rester haut parce que c'est générateur d'emplois. Et c'est une marque de confiance dans l'avenir», juge le maire Roland Ries. Si ce niveau d'investissements baisse par rapport à 2013 et 2014, «il reste supérieur à la moyenne des investissements entre 2001 et 2008 ainsi que ceux de 2008 et 2012», indique Olivier Bitz, adjoint au maire en charge des finances, qui pour son premier budget de la mandature «a dû prendre le taureau par les cornes». «J'ai cru à un bizutage», sourit-il. Cette somme permettra de financer 292 projets. L'aménagement et les services urbains, l'environnement et l'éducation-petite enfance sont les plus gros postes d'investissements.

3% de hausse d'impôts. Pour la première fois depuis dix ans, la ville va augmenter les taux des impôts ménage (taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et le non bâti). Cette hausse rapportera 4,2 millions d’euros à la ville. Elle représente une hausse moyenne de la taxe d’habitation de 15,42 euros par foyer fiscal et par an, soit 1,28 euro par mois et par foyer.