Le classique veut faire bouger le campus

CONCERT Les mélomanes ont rendez-vous ce soir au Palais de la musique et des congrès, où l'Orchestre universitaire...

J. B. et A. M.

— 

Concert au Palais universitaire, le 27 mars.
Concert au Palais universitaire, le 27 mars. — G . VARELA / 20 MINUTES

Les mélomanes ont rendez-vous ce soir au Palais de la musique et des congrès, où l'Orchestre universitaire de Strasbourg (OUS) se produira exceptionnellement. Un évènement pour la formation, habituée à jouer dans des salles de taille moins importante, et qui espère bien attirer des étudiants parmi le public. « Généralement, ce sont surtout les copains des musiciens qui viennent », raconte Elodie, violoniste au sein de la formation. Car les clichés sur le genre sont encore tenaces. « Les étudiants ont souvent peur de s'ennuyer ou de ne pas être capable de tenir deux heures. Mais le plus souvent, ils reviennent et veulent comprendre les codes du classique », explique la jeune fille.Pour séduire, l'OUS dispose d'un atout dans son jeu : le maestro Simon Rigaudeau, primé notamment au concours de jeunes chefs d'orchestre de Narbonne et qui dispose d'un CV déjà flatteur. Du haut de ses 24 ans, Simon, lassé par le milieu en « vase clos de la musique classique », souhaite « s'ouvrir le plus possible et toucher un maximum de monde ». Il a donc des idées plein la tête. Jouer une bande originale en direct pendant un film, monter un opéra avec une structure totalement étudiante - comédiens, élaboration des décors et costumes, etc. En attendant de pouvoir monter ces projets, et pour attirer la foule ce soir, le chef a décidé de jouer des « tubes » des compositeurs Beethoven, Saint-Saëns et Dvorák.

musiciens L'OUS compte une soixantaine de membres, essentiellement des étudiants, mais aussi des enseignants et d'autres membres du personnel des trois universités de la ville.