Strasbourg: La capitale alsacienne veut capitaliser sur son image romantique

TOURISME L'opération «Strasbourg, mon amour» revient pour une 3e édition du 6 au 15 février 2015. Avec comme objectif, toujours, d'attirer davantage de touristes...

Alexia Ighirri

— 

A Strasbourg, la Saint-Valentin dure dix jours.
A Strasbourg, la Saint-Valentin dure dix jours. — G. Varela / 20 Minutes

En décembre à Strasbourg, les esprits ne sont pas que focalisés sur Noël. A vrai dire, on prépare déjà la prochaine échéance touristique. «Dans la "guerre" touristique mondiale, il faut trouver de nouvelles prestations», débute Jean-Jacques Gsell, président de l'office de tourisme de Strasbourg et sa région (OTSR).

>> Strasbourg veut sauver le slow en créant un nouveau label

Dans l'agenda, le prochain grand rendez-vous a lieu du 6 au 15 février avec «Strasbourg, mon amour», opération qui en misant sur l'image romantique de la capitale alsacienne veut doper sa fréquentation touristique généralement atone en cette période de l'année.

L'an dernier, environ 20.000 personnes avaient participé aux divers événements proposés autour de la Saint-Valentin, qui avaient quasiment tous fait le plein. Seul bémol: la part trop faible de touristes étrangers.

Un export au Japon

L'Asie pourrait bien contribuer à résoudre ce problème, puisque cette année «Strasbourg, mon amour» va aussi s'exporter à Tokyo. «Le Japon insiste lourdement pour que "Strasbourg, mon amour" puisse être organisé chez eux. On n'est pas tout à fait prêt, mais il y aura une première édition modeste, avant de monter en puissance», explique Jean-Jacques Gsell. Cette année, une sorte de kiosque de Cupidon, en forme de cœur, devrait donc être installée à Tokyo pour illustrer la «Saint-Valentin à la française».

Comme avec l'export du marché de Noël sur d'autres continents, l'OTSR espère en retour attirer encore plus de touristes japonais en Alsace. Voire même de l'Asie entière: «On travaille pour que les mariages chinois aient lieu aussi en Alsace», affirme le président de l'OTSR.

>>Un avant-goût en vidéo de l'édition 2015 de «Strasbourg, mon amour».

«Strasbourg, mon amour» dispose d'un budget de 450.000 euros, dans lequel la part de partenariat privé augmente. Plus de moyens seront alloués cette année à la communication, avec des visuels «plus premium, très qualitatifs» mis en place dans les grandes villes reliées à Strasbourg par avion ou train, comme Marseille ou Lyon. Les retombées économiques de cette opération s'élèvent à environ un million d'euros.

Quant au programme de cette édition 2015, il est quasiment bouclé. Jean-Louis Murat donnera le coup d'envoi des festivités avec un concert d'ouverture à l'église Saint-Paul. Parmi les temps forts, on retrouvera le pont des soupirs, la baignade au clair de lune, la «slow-party», le dîner gastronomique des étoiles d'Alsace ou encore la nocturne au Palais Rohan. Les réservations commenceront en janvier.