Alsace: Des élus de Lorraine et de Champagne-Ardenne s'interrogent sur le choix de Strasbourg comme capitale de la future grande région

REFORME TERRITORIALE Dans une tribune adressée à la presse quotidienne régionale du nord-est, une douzaine de grands élus de Lorraine et de Champagne-Ardenne contestent la désignation de Strasbourg comme capitale...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg le 02 12 2012. La Maison de la Région.
Strasbourg le 02 12 2012. La Maison de la Région. — G. VARELA /20 MINUTES

La carte à 13 régions, avec le regroupement de l'Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne (que l'on surnommera Alca pour le moment), semble scellée. Reste la bataille de la capitale de cette future grande région. Le 20 novembre, les députés adoptaient à l'unanimité un amendement déposé par Philippe Bies et Armand Jung, députés PS du Bas-Rhin, faisant de Strasbourg le chef-lieu automatique de la future région.

«Incompréhensible et injustifiable»

Une douzaine de grands élus lorrains et champardennais conteste le choix de Strasbourg comme capitale de l'Alca, dans une tribune adressée à la presse régionale du nord-est.

Jugeant cet amendement «incompréhensible et injustifiable», ces grands élus assurent que «sans porter d’appréciation sur les qualités de Strasbourg et ses nombreux atouts, ce choix a été décidé sous la pression des parlementaires alsaciens, les mêmes qui ne cessent de manifester contre la création de cette nouvelle région et pour rester seuls, les mêmes qui n'ont pas voté cette loi».

Marie-Jo Zimmermann (UMP) et Aurélie Filippetti (PS) présenteront en séance le 8 décembre deux amendements visant à l’annulation de la décision en faveur de Strasbourg, annonce le Républicain lorrain.