Strasbourg: Delphine Wespiser, miss France 2012, plaide pour la cause des animaux devant les députés européens

ANIMAUX L'Alsacienne a prononcé un discours au Parlement européen ce jeudi, défendant la cause des animaux...

Alexia Ighirri
— 
Delphine Wespiser au Parlement européen lors de débats sur la viande de cheval et le statut de l'animal.
Delphine Wespiser au Parlement européen lors de débats sur la viande de cheval et le statut de l'animal. — Loan Ego / Fondation Brigitte Bardot

Reconnaissable par ses cheveux rouges, Delphine Wespiser est aussi connue pour être «la Miss France (elle a été élue en 2012) qui défend les animaux». Sa cause l'a amené devant les députés européens ce jeudi.

Accompagnée par la Fondation Brigitte Bardot, l'Alsacienne a évoqué le statut des animaux lors de discussions sur la viande de cheval. «Beaucoup de la viande de cheval consommée vient de pays tiers, hors de l'Europe, qui n'ont pas les mêmes normes que nous, débute-t-elle. Les chevaux se retrouvent dans des conditions dingues, où on ne respecte pas le bien-être de l'animal. Certains chevaux agonisent pendant le transport. On aimerait interdire l'approvisionnement dans ces pays».

«Il faut bousculer les codes»

Pour cela, la jolie Alsacienne a plusieurs angles d'attaque. Parmi eux, la traçabilité de la viande ou encore le statut de l'animal: «Il faut que le cheval devienne un animal de compagnie, comme le chien. Personne ne pense à manger son chien», image-t-elle.

Sans demander aux gens de devenir végétariens, Delphine Wespiser souhaite qu'ils prennent conscience de ce qu'ils mangent. Jeudi, elle était contente d'avoir pu aider la cause et d'avoir pu s'adresser à des gens influents: «C'est cool, parce que ce sont des personnes qui peuvent modifier les choses».

 Intervention de @WespiserD au Parlement européen avec la FBB : "un morceau de viande c'est un morceau de souffrance" https://t.co/2H9rwM9Var
— FONDATION B. BARDOT (@FBB_PORTEPAROLE) November 27, 2014


Bien que sa carrière ait pris un tournant un peu plus politique (puisque la jeune femme est entrée au conseil municipal de son village, Magstatt-le-Bas, lors des dernières élections), Delphine Wespiser n'aurait jamais cru prononcer un discours au Parlement européen. «Mais j'ai parlé par rapport à mes convictions. Il faut avoir du culot, bousculer les codes. Je n'ai rien à perdre, a-t-elle déclaré à l'issue de son oral. C’était émouvant! Des images choquantes ont été diffusées, j'ai pleuré. La fondation Brigitte Bardot m'avait préparé un petit texte mais finalement j'ai parlé avec mon cœur et j'ai fait tout le protocole du Parlement à l'envers»