Football: Corentin Munch gratte des ballons et du temps de jeu au Racing

SPORT Le Racing reçoit Dunkerque, ce vendredi à 20h à la Meinau, pour la 13e journée de National. Corentin Munch fait une nouvelle fois partie du groupe convoqué par Jacky Duguépéroux...

Floreal Hernandez
— 
Corentin Munch face à Marseille Consolat à la Meinau, le 12 septembre 2014.
Corentin Munch face à Marseille Consolat à la Meinau, le 12 septembre 2014. — Gilles Varela

Un jour peut être le kop strasbourgeois créera une chanson en l'honneur de «Monster Munch», la pieuvre du milieu de terrain qui ratisse tous les ballons. Mais, la carrière de Corentin Munch est trop jeune pour avoir ce privilège. Pour l'instant, le milieu de terrain du Racing se démène pour gratter des ballons et des minutes de jeu. «C'était l'objectif de ma première partie de saison. D'ailleurs, je ne m'attendais pas à jouer autant, ni même à être titularisé en Coupe de France», reconnaît le Bas-Rhinois de 18 ans qui a été aligné d'entrée face aux Italiens de Guebwiller (1-8) puis à Seltz (0-4). Précédemment, il avait glané une minute à Colomiers (1-3) lors du premier match de la saison de National, deux face à Marseille Consolat (2-0), dix-sept au Poiré (1-0) et soixante-trois contre Avranches (1-2).

Il a résilié son contrat de trois ans à Nantes

Sa soirée face aux Normands a été difficile à digérer. «La balle saute au-dessus de mon pied et derrière, il y a but pour Avranches, raconte Corentin Munch. Cette erreur m'a frustré jusqu'au lundi. Le coach est venu m'en parler. Tout le week-end, je n'étais pas bien. Le dimanche, je vais sur les terrains alsaciens et celui-là, les gens me disaient: “Mais qu'est que tu as fait?” pour me taquiner», sourit le milieu de terrain revenu au Racing après avoir résilié avec le FC Nantes.

>> Le saut de balle fatal à Corentin Munch et au Racing à 1'46.

 

 

En Loire-Atlantique, Corentin Munch avait signé un contrat de trois ans. Mais l'Alsace et ses proches lui manquaient, des blessures à répétition et donc un faible temps de jeu ont fini de lui miner le moral. Les coups de téléphone régulier qu'ils recevaient de ses formateurs ou des dirigeants du Racing l'ont incité à revenir. «Quand j'ai rencontré le président, il m'a proposé l'équipe 1. Je n'ai pas hésité», avoue celui qui donne un coup de main aux entraînements des U14 DH de Molsheim. «Pour tout Alsacien, jouer à la Meinau est un rêve qui se réalise», poursuit Corentin Munch qui s'est engagé pour 2 ans avec le RCS.

«Je vais au charbon, je mets des taquets»

Pour multiplier ses apparitions sur le terrain strasbourgeois, le milieu «qui aime gratter des ballons» sait qu'il doit progresser dans son jeu vers l'avant et faire attention aux fautes. «Je vais au charbon, je mets des taquets, reconnaît-il avec le sourire. Sur mon premier ballon contre Avranches [il a remplacé Mamadou Camara à la 15e], je fais une faute sur laquelle je prends un jaune. Mais bon, j'ai 18 ans, je voulais montrer aux adversaires que malgré mon âge, ils n'allaient pas me marcher sur les pieds.» Outre des minutes, Corentin Munch gratte aussi quelques chevilles.