Alsace: Mobilier européen devant la justice commerciale, près de 1.000 emplois menacés

ECONOMIE La justice commerciale se penche mardi après-midi à Mulhouse sur l'avenir du groupe en difficulté Mobilier européen (enseignes Fly, Atlas et Crozatier), où près d'un millier d'emplois devraient être supprimés...

Alexia Ighirri

— 

Illustration du magasin de meublesAtlas.
Illustration du magasin de meublesAtlas. — SIPA

Ce mardi après-midi à Mulhouse, la justice commerciale étudie l'avenir de Mobilier européen (enseignes Fly, Atlas et Crozatier), où près d'un millier d'emplois, sur plus de 3.600 répartis dans toute la France, devraient être supprimés. Le groupe, numéro 4 du secteur en France, a été placée en redressement judiciaire en septembre.

Au total, neuf offres de reprise jugées «convaincantes et crédibles» par les administrateurs judiciaires seront présentées à la chambre commerciale du tribunal de grande instance, a précisé à l'AFP un porte-parole du groupe basé à Kingersheim (Haut-Rhin).

Le tribunal, qui a déjà longuement examiné fin octobre ce dossier très complexe, devait à nouveau entendre mardi les différentes parties à huis clos. Il devrait ensuite mettre sa décision en délibéré et se prononcer dans les huit jours.

Les représentants des salariés devraient manifester dans l'après-midi devant le siège de l'entreprise. Ils réclament notamment une aide financière des pouvoirs publics (Etat et Conseil régional d'Alsace) pour abonder le futur plan social.