Strasbourg: Les tops et les flops du tramway

TRANSPORTS A l'occasion des 20 ans du tram strasbourgeois, «20 Minutes» vous liste les bons et mauvais points du réseau, actuellement le plus important de France...

Alexia Ighirri

— 

extension  ligne de tram B.( Terminus Lingosheim arrêt Tiegaertel). le 24 06 2008
extension ligne de tram B.( Terminus Lingosheim arrêt Tiegaertel). le 24 06 2008 — G . VARELA / 20 MINUTES

En vingt ans, le tram est devenu indissociable de la capitale alsacienne. A l'occasion de son vingtième anniversaire, 20 Minutes a sélectionné les bonnes choses et les petits couacs qui ont accompagné l'évolution du réseau strasbourgeois.

LES TOPS

Le réseau. Avec ses 65 kilomètres de lignes et ses 72 stations, le réseau de tram strasbourgeois (le premier réseau maillé de France) permet de traverser la ville dans à peu près tous les sens. Voire de partir d'Hoenheim, au nord de Strasbourg, et de rejoindre la commune d'Illkirch-Graffenstaden, au sud. Et en 2016, le tram deviendra transfrontalier, puisqu'avec l'extension de la ligne D les Strasbourgeois pourront se rendre à Kehl, en Allemagne.

 

La fréquentation. Le tram strasbourgeois est emprunté par environ 317.000 voyageurs chaque jour. La fréquentation est en hausse constante au fil des ans. Le trafic a, par exemple, bondi de 20% de 2009 à 2012. La ligne A est la plus fréquentée du réseau avec plus de 90.000 voyageurs par jour.

L'appel aux votes. Fin octobre, les internautes ont pu choisir entre deux «nez» (la cabine) pour les douze nouvelles rames commandées par la CTS, en votant en ligne. En quatre jours, 9.023 votes ont été enregistrés. S'il peut être considéré que ce chiffre est faible par rapport aux dizaines de milliers d'usagers quotidiens du tram, l'initiative est à saluer. Déjà de mise pour les bus depuis quelques années, et début novembre encore, un nouvel appel aux votes sera effectué pour choisir les caisses du tram.

LES FLOPS

Accident matériel. Pour ses 20 ans, le tramway s'est offert... un bel accident matériel. Une collision entre deux trams s'est produite le 15 novembre dans le centre-ville de Strasbourg lors d'une manoeuvre «de rebroussement» et a légèrement blessé deux personnes. Un tel accident reste rare: le dernier date de 1998 et a eu lieu sous le tunnel de la gare, blessant 17 personnes.

Chaleur et odeur. Il y a bien évidemment plus grave, mais en cas de fortes chaleurs il est rare de passer à côté de températures élevées dans le tram et des mauvaises odeurs qui les accompagnent. Toutes les rames sont équipées de plusieurs climatisations systématiquement démarrées par le conducteur au moment de sa prise de service, informe la CTS. Celle-ci procède aussi à des échanges de rames pour les «rafraîchir» au dépôt. Mais en raison de l’ouverture et de fermeture des portes à chaque station, le rafraîchissement des rames devient moins évident.

Tram sur pneu. A l'ouest de l'agglomération, la création d'une ligne de tram entre Vendenheim, Strasbourg et Wolfisheim faisait consensus. Le problème concernait davantage le choix du matériel roulant. La CUS voulait innover en y mettant en place un tram sur pneus. Des voix s'étaient élevées pour réclamer la même technologie qu'ailleurs sur le réseau, à savoir le tram fer. Un collectif s'était créé, baptisé «pour le tram fer à Koenigshoffen», et a finalement obtenu gain de cause: tenant compte des avis émis lors de la concertation avec la population, la CUS a renoncé au tram sur pneus.

Tram-train. Envisagée un temps, la ligne Strasbourg-Bruche-Piémont des Vosges n'est plus d'actualité. Malgré la mise en place de premiers éléments (la desserte ferroviaire entre l'aéroport d'Entzheim et la gare de Strasbourg ou la ligne C du tram), la réalisation de ce tram-train - qui prévoyait, entre autres, le percement d'un tunnel sous la gare - est très, trop coûteuse. Entre 200 et 300 millions d'euros.