Alsace: Le gouvernement est favorable à l'union des régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne

REFORME TERRITORIALE Dans son discours devant le Sénat mardi, Manuel Valls a confirmé sa préférence pour la grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne...  

Alexia Ighirri

— 

Le Premier ministre Manuel Valls. (Illustration)
Le Premier ministre Manuel Valls. (Illustration) — SIPA

En ouverture de la deuxième lecture du projet de loi de la réforme territoriale au Sénat, mardi, le Premier ministre a confirmé la préférence du gouvernement pour une carte à douze régions. Celle-ci, votée par l'Assemblée nationale, implique la création d'une grande région à l'est de la France, et donc d'une union de l'Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. Et s'oppose à l'amendement adopté la semaine dernière par la commission spéciale du Sénat visant à «dissocier l’Alsace des régions Lorraine et Champagne-Ardenne».

Un débat «vif» sur l'Alsace

Manuel Valls a dit que le gouvernement restera «très attentif à l'évolution du débat», reconnaissant que ce dernier peut être «vif» notamment sur l'avenir de l'Alsace. A ce sujet, le Premier ministre a déclaré que le pays a «besoin de clarté. La carte votée par l'Assemblée nationale a ce mérite».

A l'issue du discours de Manuel Valls, la création d'une collectivité territoriale en Alsace semble s'éloigner et le rattachement à la Lorraine et la Champagne-Ardenne inéluctable.

Les sénateurs débattront encore du projet de loi ce mercredi. Avant qu'il ne retourne à l'Assemblée nationale. Le projet de loi sur les compétences des nouvelles régions sera débattu à partir de décembre.