Strasbourg: Des eurodéputés ne veulent pas être une «ressource otage» des hôteliers Strasbourgeois

POLITIQUE Des eurodéputés adressent une lettre au maire Roland Ries pour se plaindre «d'une hausse» des tarifs hôteliers pendant les sessions...

Gilles Varela

— 

01072014-STR- Les Euroscetiques membres  du Parlement Europeen tournent le dos a l'assemblee pendant la ceremonie d'ouverture et l'hymne Europeen. Strasbourg
01072014-STR- Les Euroscetiques membres du Parlement Europeen tournent le dos a l'assemblee pendant la ceremonie d'ouverture et l'hymne Europeen. Strasbourg — G. Varela \ 20 Minutes

Comme chaque année en octobre, le projet de budget de l’Union européenne est une nouvelle occasion pour certains eurodéputés de remettre en cause le siège du Parlement Européen dans la capitale Alsacienne et de se plaindre du temps et du coût de transport entre Bruxelles et Strasbourg.

Nouveauté cette année, des eurodéputés et leurs équipes se plaignent également des conditions d’accueil. Si bien que certains d’entre eux ont adressé au maire de Strasbourg une lettre, rapportent les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Ils demandent à la ville d'agir

Certains élus se plaignent notamment de la hausse des tarifs des hôtels pendant les sessions parlementaires et estiment qu'ils sont «devenus, au fil des ans, une ressource “otage”», poursuivant « Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour». Ils demandent à la ville d’agir «de manière décisive contre ces pratiques hôtelières abusives. Nous ne voulons pas être sujets de prélèvement économique. Le Parlement européen contribue à la richesse de la ville, mais cela ne doit pas aller jusqu’au point où les prix se multiplient à cause de notre présence».