Strasbourg: Une étudiante finit deuxième au concours d'éloquence «Ma thèse en 180 secondes»

INSOLITE Marie-Charlotte Morin est doctorante au CNRS...

G.V. avec AFP

— 

google maps
google maps — google maps

Une étudiante strasbourgeoise a décroché la deuxième place lors de la première finale internationale francophone du concours d'éloquence scientifique, «Ma thèse en 180 secondes»  jeudi soir à Montréal (Québec) a annoncé vendredi le CNRS.

Marie-Charlotte Morin, 26 ans, est doctorante à l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (Université de Strasbourg/CNRS). Avec une thèse portant sur la reprogrammation cellulaire, elle a aussi obtenu le prix du public, comme lors de la finale française. «Je n'ai aucun mérite, mon sujet se prête à la blague», avait-elle alors expliqué. C'est l'histoire d'une cellule rectale d'un petit ver, le C. élégants, capable de devenir un neurone.

Le concours «Ma thèse en 180 secondes» permet à des doctorants et jeunes chercheurs de présenter en 3 minutes seulement leur sujet de recherche à l'intitulé le plus souvent des plus obscurs, en français et en termes simples, à un auditoire profane.

La gagnante de la finale internationale est Noémie Mermet, une autre française, 24 ans, doctorante à l'Université d'Auvergne, dans le laboratoire Neuro-Dol (Pharmacologie fondamentale et clinique de la douleur).