Strasbourg: Quelle stratégie pour l'aéroport?

ECONOMIE Longtemps menacé par les autres aéroports regionaux, l'aéroport de Strasbourg semble avoir trouvé sa place...

Gilles Varela
— 
Strasbourg le 23 septembre 2014. Le tarmac de l'aéroport de Strasbourg
Strasbourg le 23 septembre 2014. Le tarmac de l'aéroport de Strasbourg — G. Varela / 20 Minutes

Avec 1,2 million de passagers par an, l'aéroport de Strasbourg n'est pas en concurrence avec Bâle Mulhouse (6 millions). «Nous n'aurons jamais de vols long-courriers et Mulhouse est trop loin. Nous devons chercher notre clientèle plus au nord de l'Alsace et vers l'Allemagne. Notre objectif est d'atteindre les 2 millions de passagers», explique le président de la CCI, Jean-Luc Heimburger. Concernant la taxe passagers le président de la CCI précise: «La machine doit d’ici cinq ans s'alimenter elle-même. Nous ne pourrons pas continuer de verser annuellement 700.000 euros, avant d'ajouter que les 800.000 passagers de l'aéroport de Baden devraient être à Strasbourg si Ryanair n'avait pas décidé de s'installer là-bas».

Relier les capitales régionales européennes

Aussi, le déploiement de Volotea correspond à la stratégie de développement de l'aéroport. Avec des vols directs reliant les capitales régionales européennes, les collectivités locales regardent vers l'Est. «Il y a une très belle autoroute à trois voies de l'autre côté du Rhin. Nous devons convaincre les Allemands de venir prendre l'avion à Strasbourg», affirme le maire, Roland Ries.

Autre piste de développement, l'aviation d'affaires. «Nous avons deux prestataires de services et des zones d'accueil. Strasbourg a un gros potentiel notamment avec le déploiement des congrès et les nouvelles infrastructures pour les accueillir», ajoute Jean-Luc Heimburger.