Strasbourg: L'aéroport de Strasbourg-Entzheim garde le cap

TRANSPORTS Avec l'installation d'une base pour la compagnie aérienne Volotea, l'aéroport et les collectivités locales confirment le pari d'un avenir tourné vers le loisir et le low cost...

Gilles Varela
— 
Carloz Munoz president de Volotea, et Claude Liebermann, président du conseil de surveillance de l'aéroport de Strasbourg au pied d'un Boeing 717 de la compagnie
Carloz Munoz president de Volotea, et Claude Liebermann, président du conseil de surveillance de l'aéroport de Strasbourg au pied d'un Boeing 717 de la compagnie — G. Varela / 20 Minutes

C'est un mariage heureux et les convives étaient nombreux à la noce ce mardi pour annoncer la bonne nouvelle: L'installation, la première, d'une compagnie aérienne à bas prix basée à Strasbourg. Ainsi les élus des collectivités locales mais aussi le président de la compagnie Volotea, Carlos Munoz, avaient fait le déplacement pour ce moment «important».

«La création de la troisième base française de Volotea à Strasbourg vient récompenser les efforts faits tant par l'aéroport sur sa compétitivité que par les collectivités locales et  la CCI de Strasbourg, notamment au travers de la taxe aéroportuaire» a déclaré Thomas Dubus, président du directoire de l'aéroport.

Une cinquantaine d'emplois

Avec deux avions, des Boeing 717, la compagnie envisage la création d'une cinquantaine d'emplois, principalement locaux, dont une trentaine de personnels navigant commercial (PNC) , et une vingtaine de pilotes. A cela pourrait s'ajouter une cinquantaine d'emplois périphériques... Une aubaine pour la région mais surtout la confirmation d'une dynamique positive qui caractérise l'aéroport depuis ces dernières années. «De dépenses passives nous sommes passés à des investissements productifs» s'est félicité Guy Dominique Kennel, président du Conseil Général du Bas-Rhin.

Une forte augmentation du trafic passager

Et si l'installation d'une base de Volotea (déjà présente à Bordeaux et Nantes) est à l'origine d'une nette augmentation en pourcentage du trafic passager dans ces villes, les perspectives de développement que présente Strasbourg positionne l'aéroport dans un rôle régional majeur pour une offre loisir et low cost.

Aussi, la compagnie proposera quatre nouvelles lignes au départ de Strasbourg. Avec à compter du 27 novembre, quatre vols par semaine pour Marseille, puis en avril 2015, deux vols par semaine pour Venise, Olbia et Figari. Ses lignes s'ajouteront à celles déjà desservies par Volotea qui sont au nombre de six pour la France et une à Palerme en Italie.

En 2015, la compagnie espère transporter plus de 240.000 passagers sur Strasbourg, ce qui représentera environ 20% du trafic total de l'aéroport. Pas étonnant alors que le président de la CUS, Robert Herrmann, «appelle les Strasbourgeois à participer à la bagarre et demande aux consommateurs de regarder vers l'aéroport de Strasbourg et pas automatiquement outre-Rhin».