Strasbourg: Une école de croupiers a ouvert dans la capitale alsacienne

FORMATION Une école un peu particulière a ouvert début septembre dans la rue de Rosheim à Strasbourg. Elle forme, en dix semaines, les futurs croupiers de casinos...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg le 17 septembre 2014. L'ecole de croupier
Strasbourg le 17 septembre 2014. L'ecole de croupier — G. Varela / 20 Minutes

Vous distribuez les cartes comme personne et comptez les jetons plus vite que n’importe qui? L'école de croupiers peut vous intéresser. Après Lyon, Bordeaux ou encore Marseille, c'est à Strasbourg que le réseau Cerus Casino Academy a décidé de s'installer pour former les futurs employés des établissements de jeux. Et leur délivrer un diplôme reconnu par l'Etat.

La formation dure dix semaines et est dispensée par des anciens croupiers. Cinq sessions, pouvant accueillir une dizaine de stagiaires, sont organisées chaque année. Bémol: l'inscription coûte 4.400 euros. «Mais elle peut être prise en charge par des organismes publics, souligne Damien Engels de la Cerus Casino Academy. La moitié de nos stagiaires bénéficie partiellement ou totalement de financements publics.»

Règles du jeu, techniques et comportements

Concernant les stagiaires justement, il n'y a pas de profil type. Majeurs, certains sont diplômés, d'autres pas. Et on peut postuler à l'école des croupiers sans rien connaître du monde du jeu, puisque tout y est enseigné: les règles des jeux, les gestes techniques comme le comportement du croupier. «Il y a un entretien pour valider les aptitudes du stagiaire: le calcul, la motivation, avoir les dix doigts qui fonctionnent correctement ou encore la perception du métier, liste Damien Engels. Parce qu'être croupier ce n'est pas que de l'amusement. On peut être soumis à la pression et la hiérarchie est très présente.»

L'un des premiers stagiaires de l'école strasbourgeoise, Sébastien, 23 ans, de Montbéliard, ne s'attendait pas à autant de difficultés: «Pour la roulette, il y a beaucoup de choses à savoir, des termes à connaître. Il faut faire beaucoup de calcul mental aussi. Il ne s'agit pas juste de la faire tourner». Outre l'apprentissage sur tapis, les stagiaires doivent potasser l'histoire des casinos et sont aussi sensibilisés à l'addiction aux jeux.

Insertion professionnelle

L’école reçoit régulièrement des offres d'emploi de la part de casinos, davantage encore lors des saisons de ski et l'été. «Il y a un turn-over positif», estime le cadre de Cerus, prenant l'exemple d'employés qui à 35 ou 40 ans veulent arrêter de travailler la nuit et se consacrer à leur vie de famille. Florence, une autre stagiaire strasbourgeoise, a décidé de faire le chemin inverse. A 32 ans, et après dix années passées à La Poste, elle espère trouver un travail dans un casino alsacien, un univers qu'elle affectionne depuis toujours.