Haut-Rhin: La Suisse ne veut pas céder à la France sur l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse

ECONOMIE Le Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères suisse Yves Rossier a informé les parlementaires bâlois des intentions de Berne de ne pas céder aux demandes fiscales de la France sur l'aéroport de Bâle-Mulhouse...

A.I. avec AFP

— 

Vue générale de l'Euroairport, l'aéroport de Bâle-Mulhouse le 27 août 2014 à Saint-Louis, dans l'est de la France
Vue générale de l'Euroairport, l'aéroport de Bâle-Mulhouse le 27 août 2014 à Saint-Louis, dans l'est de la France — Sébastien Bozon AFP

Selon la Basler Zeitung, le département fédéral des affaires étrangères n'a aucune intention de céder, ni même de négocier avec la France sur le dossier de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. C'est du moins ce qu'Yves Rossier, secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, aurait dit aux parlementaires des deux demi-cantons de Bâle.

Paris a en effet informé la Confédération en juillet qu'elle allait appliquer la fiscalité française sur la zone suisse de l'aéroport de Bâle à partir de 2015. La réaction a été vive, non seulement de la part des salariés et des entreprises de la zone suisse de cet aéroport situé sur le territoire français, qui ont rapidement compris que l'avenir économique de l'aéroport binational était mis en danger. Des élus alsaciens ont même écrit au Premier Ministre et au ministre de l'Economie. d'autant que l'EuroAirport est le deuxième employeur du Haut-Rhin avec plus de 6.000 emplois directs.

La radio Dreyeckland propose une émission spéciale sur l'aéroport ce mercredi à 19h, en présence de Jean-Pierre Lavielle, président du conseil d'administration de l'EuroAirport, Jean-Marie Bockel et Jean-Luc Reitzer, respectivement sénateur et député du Haut-Rhin, ainsi que Charles Buttner, président du conseil général du Haut-Rhin.