L'égalité enseignée aux petits

JOURNEE DE LA FEMME Il y a cinq ans, l'association SOS Femmes solidarités de Strasbourg lançait dans les collèges et les lycées un programme pour prévenir les violences conjugales. En cette Journée internationale des droits des femmes, elle va proposer à la municipalité...

©2006 20 minutes

— 

Il y a cinq ans, l'association SOS Femmes solidarités de Strasbourg lançait dans les collèges et les lycées un programme pour prévenir les violences conjugales. En cette Journée internationale des droits des femmes, elle va proposer à la municipalité de l'étendre aux classes maternelles, dès cette année. Déjà utilisée au Canada, la méthode s'inspire de cas de tous les jours, notamment la répartition des tâches ménagères, racontés en bandes dessinées. Les enfants débattent ensuite à partir de ces situations concrètes.Pour Franka Sieffert, responsable du service d'accueil, d'écoute et d'accompagnement de SOS Femmes solidarités, qui anime ces séances dans les collèges et les lycées, « les stéréotypes à l'égard des filles s'ancrent très tôt dans la tête des garçons ». Parmi eux, l'idée que certaines professions seraient exclusivement réservées aux hommes : « Lors de mes interventions dans les classes, j'ai noté que les garçons pensent souvent qu'une femme n'est pas assez forte pour exercer, par exemple, le métier de policier », raconte Franka Sieffert. Selon elle, ces réflexions, qui peuvent sembler anodines, révéleraient déjà une forme de discrimination.

Ludovic Meignin