Strasbourg: Une saison à promouvoir pour un TNS à deux têtes

CULTURE Le théâtre national de Strasbourg présente sa saison au public vendredi et samedi, tandis que sa direction est au milieu d’un bel imbroglio: l’ex-directrice, Julie Brochen, n’est pas partie et le nouveau, Stanislas Nordey, pas encore officiellement nommé…

Alexia Ighirri

— 

21052014-STR-Le TNS de Strasbourg
21052014-STR-Le TNS de Strasbourg — Gilles Varela

C’est un Théâtre national de Strasbourg bicéphale qui se présentera face au public, vendredi et samedi, pour son prélude à la saison 2014-2015. Les équipes du TNS refusent cependant que l’imbroglio sur la nomination du directeur de l’établissement strasbourgeois révélé par Rue89 Strasbourg fasse de l’ombre à sa programmation.

C’est vrai, la future ex-directrice Julie Brochen n’est pas encore partie, bloquant alors la nomination officielle de son successeur Stanislas Nordey (choisi par Aurélie Filippetti lorsqu’elle était ministre de la Culture). Pourtant «cela n’empêche rien. L’équipe du théâtre est toujours mobilisée, le théâtre tient debout malgré tout», sourit Caroline Strauch, responsable de la communication du TNS.

«La saison est signée»

Mais, à l’heure où sortent des interviews de Stanislas Nordey l’introduisant comme directeur et évoquant son projet pour le théâtre strasbourgeois, comment gère-t-on l’image d’un TNS dont les contours peuvent actuellement être flous? «On est coincés dans cette situation. On la subit puisque tout se joue au ministère», poursuit Caroline Strauch. Elle a été mise au courant, partiellement, en même temps que ses collègues à la fin août. «Ce qui importe, c’est la saison. On veut promouvoir les 14 spectacles de cette année: que le directeur soit nommé aujourd’hui ou dans quelques jours, ces spectacles auront lieu. La saison est signée, les venues des compagnies ne sont pas remises en cause».

Nordey présentera la saison conçue par Brochen

Vendredi et samedi, c’est bien Stanislas Nordey qui présentera la saison au public. Elle a cependant été conçue, en grande partie, par Julie Brochen. Cette dernière devrait de toute manière y prendre part: actuellement en arrêt maladie, la future ex-directrice devrait être de retour le 20 septembre au TNS pour la préparation de son spectacle «Pulcinella».

De son côté, la ministre de la Culture Fleur Pellerin, au micro de France Inter mercredi, a affirmé dialoguer avec Julie Brochen «tout en respectant les engagements pris par Aurélie Filippetti. Il faut qu’on résolve la situation juridique de Julie Brochen, qui a actuellement ce contrat de trois ans qu’elle s’était engagée à rompre.»