Strasbourg: Les trois expos à ne pas rater en 2014-2015

CULTURE 20 Minutes vous a sélectionné les grands rendez-vous à ne pas manquer dans les musées strasbourgeois…

Floréal Hernandez

— 

Jusepe de Ribera, Saint Pierre et saint Paul. Huile sur toile
Jusepe de Ribera, Saint Pierre et saint Paul. Huile sur toile — Photo : Musées de Strasbourg, Nicolas Fussler

Jusepe de Ribera à Rome

«Un coup de tonnerre», dixit Joëlle Pijaudier-Cabot, la directrice des musées de la ville de Strasbourg. dans les ténèbres du caravagisme. De récentes études ont permis de redécouvrir la période romaine du peintre espagnol Ribera et de lui attribuer certaines œuvres. La galerie Heitz du Palais Rohan réunit pour «Autour du premier apostolado» une douzaine de peintures de l’artiste du XVIIe siècle du 28 février au 31 mai 2015. Parmi celles-ci, l’huile sur toile Saint Pierre et Saint Paul, propriété des musées de Strasbourg et pilier de cette redécouverte d’œuvres de Ribera.

Tristan Tzara

«Ce sera la première exposition consacrée à cette figure de l’avant-garde», se réjouit la directrice des musées de Strasbourg. Poète, collectionneur, critique d’art, fondateur du mouvement Dada, Tristan Tzara a été l’ami de nombreux artistes Max Ernst, Francis Picabia, Jean Arp… Cette expo interdisciplinaire, du 11 avril au 26 juillet 2015, mêlera des œuvres de ceux-ci à des masques africains ou de l’art brut que collectionnait Tristan Tzara mais aussi à des dispositifs sonores et audiovisuels.

Coup de cœur kazakh

Le musée d’art moderne et contemporain, en coopération avec la galerie Apollonia, regardera vers l’Est du 6 décembre 2014 au 1er mars 2015 avec l’exposition «D’Almaty à Astana. Regards sur la scène artistique contemporaine du Kazakhstan». Dans une de ses salles, le MAMCS va exposer dix artistes -Yerbossyn Meldibekov, Elena et Viktor Vorobyev, Almagul Menlibayeva…- pour la plupart «encore jamais vu en France», souligne Joëlle Pijaudier-Cabot. Histoire (buste de Lénine, linceul de Gengis Khan) et culture populaire (tissus, marché) se mêlent et offrent une autre vision du Kazakhstan que des grandes étendues vides ou des puits de pétrole.