La course à l'Elysée des Don Quichotte

LOGEMENT Alexandre Glardon, président de la section strasbourgeoise des Enfants de Don Quichotte, veut gagner Paris à pied pour rencontrer Jacques Chirac

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Alexandre Glardon veut rencontrer Jacques Chirac ou le ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo. Déterminé, le président de la section strasbourgeoise des Enfants de Don Quichotte veut leur faire part de la dégradation de la situation des sans-abri du quai Sturm. Pour ce faire, il tente depuis samedi après-midi de gagner Paris à pied. A l'origine de sa marche, « une rupture du protocole d'accord » négocié la veille, avec les services de la préfecture du Bas-Rhin, de la ville, de la Ddass et de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale. « Six personnes devaient être relogées à l'hôtel dès vendredi soir, mais quand elles y sont arrivées, on leur a dit que ce n'était que pour une nuit, précise Renaud Engel, le trésorier du mouvement. Samedi matin, elles se sont donc retrouvées dehors. » Amères, elles ont immédiatement regagné le campement, suivies en guise de solidarité par d'anciens sans-abri déjà relogés.Du côté de la préfecture, la nouvelle a suscité la surprise. D'après sa porte-parole, les mesures nécessaires avaient été requises pour que les réservations ne soient pas limitées à une seule nuitée. Ne s'expliquant pas non plus les raisons de cet incident, les Don Quichotte pourraient manifester leur mécontentement dans les rues de la ville. Ils envisageraient également de porter plainte pour discrimination contre un hôtelier. Hier soir, une soixantaine de tentes étaient toujours plantées quai Sturm.

P. W.