La fin de la vague bleue à Strasbourg

BASKET L’équipe de France pourrait jouer ses deux derniers matchs de préparation au Mondial dans une salle à moitié vide au Rhenus…

Floréal Hernandez
— 
Le sélectionneur de l'équipe de France de basket, Vincent Collet, le 20 septembre 2013 à Ljubljana lors de la 1/2 finale de l'Euro contre l'Espagne.
Le sélectionneur de l'équipe de France de basket, Vincent Collet, le 20 septembre 2013 à Ljubljana lors de la 1/2 finale de l'Euro contre l'Espagne. — Jure Makovec / AFP

Les Bleus ont beau être champions d’Europe et compter dans leurs rangs deux Strasbourgeois, le public ne se mobilise pas pour leur venue dans la capitale alsacienne pour affronter la Finlande et l’Australie, samedi et dimanche.

«On est en retard sur nos objectifs de fréquentation», constate Martial Bellon, président du directoire de la SIG qui coorganise avec la Fédération les deux dernières sorties des Tricolores avant leur départ pour les championnats du monde en Espagne (à partir du 30 août). Sur le taux de remplissage, aucun chiffre ne filtre. «Mais on est très loin d’avoir rempli la salle (6.000 places). Très loin!», lance Martial Bellon.

La Finlande laisse de glace le public

En tentant de réserver une place pour les deux matchs – de 17 € à 50 € – mercredi après-midi, on recense encore 2.500 places vacantes pour le match face à la Finlande et plus de 1.600 face à l’Australie. «Pourtant ce sont deux affiches qui méritent une belle affluence. La Finlande était au deuxième tour à l’Euro, rappelle Vincent Collet, sélectionneur des Bleus mais également entraîneur de la SIG. L’Australie est, elle, candidate au podium aux championnats du monde.»

«C’est décevant», lance le coach qui reconnaît que l’absence de la star Tony Parker peut jouer. «Mais depuis un certain nombre d’années, on fait le plein partout », souligne Vincent Collet. Ca a d’ailleurs été le cas à Rouen et à Pau lors des quatre premiers matchs de préparation. Mais c’est moins vrai pour les rencontres disputées à Antibes où seulement 2.100 spectateurs ont garni les 6.600 places de l’Azur Arena face aux Philippines, 2.950 contre l’Ukraine, et tout de même 4.600 contre l’Australie.

Quinze villes candidates

Si Strasbourg veut continuer d’accueillir Boris Diaw et sa troupe l’été prochain, comme c’est le cas depuis 2006 (à l’exception de 2010 et 2011), le public va devoir répondre présent dans les tribunes du Rhenus. «Quinze villes sont candidates pour recevoir les Bleus en 2015, annonce Vincent Collet. Pour la Fédération, l’affluence est un critère pour accueillir les matchs de préparation.» Et l’an prochain, Tony Parker sera sur le parquet pour sa possible avant-dernière campagne sous le maillot tricolore.