Les abeilles aiment faire leurs courses en ville

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 03 07 2014. Six ruches se trouvent sur le toit des Galeries Lafayette. Thierry Colin apiculteur recueille 35 kilos de miel par recolte en moyenne. Soit quasiment le double d'une ruche equivalente en campagne.Une troisieme recolte est prevue fin aout
Strasbourg le 03 07 2014. Six ruches se trouvent sur le toit des Galeries Lafayette. Thierry Colin apiculteur recueille 35 kilos de miel par recolte en moyenne. Soit quasiment le double d'une ruche equivalente en campagne.Une troisieme recolte est prevue fin aout — G. Varela \ 20 Minutes

Plus de 350 000 abeilles réparties sur six ruches volent au-dessus de nos têtes aux Galeries Lafayette. Mais pas de panique, elles n'attaquent pas et sont très occupées en ce printemps à livrer le meilleur des miels. Même initiative à Rivétoile où l'on attend le retour de l'apiculteur. Trois ruches y sont installées depuis août 2013, soit 150 000 abeilles « qui ont a priori bien passé l'hiver, explique Elisabeth Lapeyre, la directrice. Toutes ces jeunes filles sont en bonne santé (rires). On offrira les petits pots de miel à l'effigie de Rivétoile à nos clients, on ne veut pas faire de commerce avec ça. »

Une expérience dont se félicite également Tony Gilles, directeur des Galeries Lafayette : « L'ensemble des collaborateurs a suivi cette expérience avec beaucoup d'intérêt. Nous nous sommes fait plaisir et voulons partager cela avec les Strasbourgeois.»

La production est conséquente : pas moins de 900 pots de 125 grammes sont espérés d'ici fin août aux Galeries Lafayette, avant d'être distribués en priorité aux 550 employés, le surplus étant comme à Rivétoile offert aux meilleurs clients de l'enseigne.

Les raisons d'une telle production ? Des conditions idéales, avec une bonne humidité présente dans l'air, de la chaleur, et un environnent favorable. Les abeilles collectent dans un rayon de 3 km le nectar et profitent de la diversité florale de la ville. « De mon expérience, je n'ai jamais goûté un miel avec d'aussi nombreuses essences », se félicite Thierry Colin, apiculteur. La production avoisine le double de celle récoltée en campagne. Et si la volonté était également de rappeler l'importance des abeilles, les petits citadins auront l'occasion de découvrir les ruches des Galeries, lesquelles seront accessibles lors des Journées du patrimoine.