La verbalisation renforcée

Alexia Ighirri

— 

Un cycliste verbalisé sur le pont du Corbeau (archives).
Un cycliste verbalisé sur le pont du Corbeau (archives). — G. Varela / 20 Minutes

«On s'est un peu essoufflé et les cyclistes ont, eux, repris leur souffle », image Michel Senthille, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Strasbourg. Reconnaissant que la verbalisation minorée (des amendes de 45, 60 € contre 90 € en temps normal) avait été moins forte ces derniers temps, laissant ainsi les cyclistes strasbourgeois reprendre leurs habitudes, il souhaite que le dispositif reparte de l'avant durant le second semestre de cette année.

Environ 800 amendes


Parmi les neuf infractions de 4e classe au Code de la route retenues, le procureur cible particulièrement l'usage du téléphone tenu en main, « le cas le plus typique ».

Une communication – puisque cela n'est pas inscrit dans la loi et que ces comportements ne peuvent pas être verbalisés – est également prévue à la rentrée autour du dispositif d'éclairage, du port d'un gilet de couleurs la nuit, du casque en toutes circonstances ou du transport d'enfants.

Depuis le lancement de l'expérimentation (lire encadré), environ 800 cyclistes ont bénéficié de ces amendes adaptées, dont près de 600 la première année.

■ Expérimentation

Strasbourg a commencé à expérimenter ces sanctions en novembre 2012. Dans la capitale alsacienne, le vélo concerne plus de 100 000 trajets quotidiens, soit 7 % des déplacements.