Une nouvelle pause café

Gilles Varela
— 
Strasbourg le 02 juin 2014. Dans l'usine  Cafe Reck
Strasbourg le 02 juin 2014. Dans l'usine Cafe Reck — G. Varela \ 20 Minutes

En Alsace, il n'est pas question que de vin et de bière. Et c'est en passionné que Thomas Riegert, PDG de Café Reck, en parle. Intarissable sur la question, il inaugure leur nouveau local situé rue de La Rochelle dans l'ancienne usine Saplast. «Il fallait centraliser la production sur un seul site. Je ne voulais pas construire une nouvelle usine mais trouver quelque chose qui existait et lui redonner vie», explique-t-il.

« Une usine collaborative »


Aussi, le PDG qui se dit artisan a conçu, non pas une usine mais « un atelier de torréfaction ». « Je voulais qu'il y ait un lien avec le passé. C'est pourquoi nous avons chiné et mis des objets personnels pour la décoration », poursuit Thomas Riegert. En témoigne non seulement la boutique ouverte au public mais aussi les bureaux ou le laboratoire. Mais la quête de l'excellence passe surtout par les 22 plantations disséminées dans 18 pays dans lesquelles il aime se rendre non seulement pour choisir le café mais aussi partager, échanger et aider les petits producteurs. « Je tiens à préserver l'expression d'un café de terroir, à sublimer le travail lié à celui des paysans. Nous avons des liens particuliers avec eux, nous voyons comment les aider et nous pouvons même signer des exclusivités pour trois ans sur des microparcelles. »

Et s'il résume « son job à sélectionner les lots et à les sublimer », Thomas Riegert n'hésite pas à partager son outil de travail avec une dizaine de petits torréfacteurs. «C'est une usine collaborative. Je fais de la microproduction et de la petite série. Il n'y a pas de secret de fabrication. C'est très enrichissant d'échanger avec d'autres torréfacteurs. Chaque café à son profil de torréfaction », ajoute-t-il.