Strasbourg: le préfet impose des travaux en urgence à l'usine d'incinération Senerval

ENVIRONNEMENT Les salariés sont en grève depuis neuf semaines...

20minutes (avec AFP)

— 

Google Maps de Strasbourg
Google Maps de Strasbourg — Capture Google Maps

La préfecture du Bas-Rhin a ordonné à l'usine d'incinération Senerval de Strasbourg la réalisation de travaux pour renforcer la fiabilité des installations, fortement critiquées par les salariés en grève depuis neuf semaines, qui s'estiment victimes d'un environnement de travail toxique.

Il a par ailleurs exigé des «travaux de maintenance» sur des chaudières au plus tard fin octobre, le «remplacement des catalyseurs» et la «vérification des brûleurs d'appoint». La direction de Senerval a deux mois, à compter de cette date, pour appliquer ces prescriptions, qui viennent compléter un autre arrêté d'urgence pris par le préfet le 22 avril et qui portait sur des mesures à prendre à court terme, avant le redémarrage des installations.

Début du troisième mois de grève

Le conflit entre les salariés et la direction de Senerval est entré dans son troisième mois de grève. Le principal point de friction entre les salariés grévistes et la direction concerne les dysfonctionnement des électrofiltres, dont le rôle est d'éliminer les éléments toxiques, chargés en métaux lourds, de la fumée qui s'échappe de la cheminée de l'usine d'incinération, ce que conteste la direction.

«On est très inquiets pour notre santé et celle des riverains. Tout ce qu'on demande, c'est qu'on nous assure qu'on ne sera plus exposés et qu'ils investissent là où il faut, sur de nouvelles chaudières», avait auparavant déclaré le délégué CGT de l'usine, Atef Labben. La Communauté urbaine de Strasbourg a constitué une commission d'information qui s'est déjà rendue sur place et la justice a également été saisie du dossier par la préfet, qui a effectué un signalement au procureur à propos des conditions d'exploitation de cette usine.