Prison avec sursis et amende requises contre Gaspard Glanz

JUSTICE Un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende ont été requis hier contre Gaspard Glanz, l'ancien responsable du syndicat lycéen UNL 67. Il comparaissait devant le tribunal correctionnel pour outrages aggravés contre Anne-Marie Meyer, la proviseure ...

©2006 20 minutes

— 

Un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende ont été requis hier contre Gaspard Glanz, l'ancien responsable du syndicat lycéen UNL 67. Il comparaissait devant le tribunal correctionnel pour outrages aggravés contre Anne-Marie Meyer, la proviseure du lycée des Pontonniers, et trois autres membres du personnel lors d'un face-à-face tendu devant les grilles de l'établissement en avril dernier, en pleines manifestations contre le CPE (lire notre édition d'hier).

A la barre, le prévenu a nié avoir proféré des insultes ou des menaces à leur encontre. « Fasciste », « Sale pute », « Tu vas crever », aurait-il lancé à la proviseure, ont au contraire plaidé les avocats des plaignants. Le défenseur du jeune homme a quant à lui réclamé le bénéfice du doute, faisant remarquer que Anne-Marie Meyer avait dans un premier temps déclaré à la police qu'elle n'avait identifié aucun des auteurs des troubles. Avant finalement d'accuser nommément, une heure plus tard, Gaspard Glanz. Celui-ci sera fixé sur son sort le 8 mars.

J. B.