— no credit

AMENAGEMENT

La Charmille veut de l'aire, pas du béton

Touche pas à mon aire de jeux. Ce pourrait être l'intitulé de la pétition lancée par l'Association pour la préservation de l'environnement de Koenigshoffen

Touche pas à mon aire de jeux. Ce pourrait être l'intitulé de la pétition lancée par l'Association pour la préservation de l'environnement de Koenigshoffen (Apek). Selon son président, Joseph Chucri, elle a déjà recueilli 1 560 signatures d'habitants. C'est un projet de construction d'un immeuble par CUS Habitat, rue de la Charmille, qui a tout déclenché. Car si les résidents ne sont pas fondamentalement opposés à l'implantation de nouveaux immeubles HLM, ils refusent que cela se fasse en sacrifiant l'unique aire de jeux et les quelques espaces verts dont ils disposent : « Ce parc n'est pas phénoménal, mais c'est un lieu de vie où les enfants peuvent faire du vélo et jouer en toute sécurité. Il nous permet aussi de nous retrouver entre voisins pour discuter, explique Mounir, habitant du quartier et membre de l'Apek. On nous parle tout le temps de cohésion sociale et on veut nous supprimer ce lieu », s'indigne-t-il. Sonia, une mère de famille, renchérit : « Cet espace crée du lien social. »

Pour Joseph Chucri, cette affaire est en tout cas « symptomatique de l'absence de vision globale pour l'aménagement de Koenigshoffen. Il y a un espace libre et on va au plus simple en y construisant un immeuble alors qu'il y a déjà 35 % de logements sociaux. Notre quartier devient une cité-dortoir et c'est dommage. » Il y a un malentendu estime-t-on chez CUS Habitat. Son président, Francis Muckensturm, insiste : « Il n'a jamais été question de supprimer l'aire de jeux. Le bâtiment serait construit à proximité de celle-ci, mais en aucun cas dessus. »

Ludovic Meignin

CUS Habitat promet de nouvelles rencontres avec les habitants sur le projet et son volet réhabilitation. L'Apek invite quant à elle à se rassembler demain à 15 h sur l'aire de jeux, située 38 b et 38 c, rue de la Charmille.