JUSTICE

Un contrôle mortel sur l'A35 jugé

Le gendarme auteur du coup de feu mortel contre Hassan Jabiri, le 19 mars 2004, était jugé hier par le tribunal de grande instance de Colmar. Le parquet a requis huit mois de prison avec sursis à son encontre, estimant qu'il avait commis une « erreur...

Le gendarme auteur du coup de feu mortel contre Hassan Jabiri, le 19 mars 2004, était jugé hier par le tribunal de grande instance de Colmar. Le parquet a requis huit mois de prison avec sursis à son encontre, estimant qu'il avait commis une « erreur » en interpellant, arme en main et sans attendre d'être couvert par un collègue, cet homme de 33 ans originaire du Neuhof. Le drame avait eu lieu sur l'A35, à l'issue d'une course-poursuite. Le gendarme a raconté qu'Hassan Jabiri, alors hors de son véhicule, s'était projeté en arrière au moment où il s'apprêtait à lui faire placer les mains sur le capot. « Le choc a fait que je me suis crispé. Je n'ai même pas réalisé que j'avais tiré », a indiqué le militaire. Jugement le 15 mars.