Des feux à décompte pour les piétons testés à Strasbourg

Circulation La capitale alsacienne a eu l’autorisation du ministère des Transports pour une la première expérimentation de France

Alexia Ighirri

— 

Les Feux rouge à décomptes sont en test à Strasbourg, le 20 mai 2014.
Les Feux rouge à décomptes sont en test à Strasbourg, le 20 mai 2014. — G. Varela / 20 Minutes

«Douze, onze, dix, neuf… C’est génial ! », s’extasiait une passante devant les nouveaux feux tricolores à l’angle des quais Saint-Nicolas et Bateliers avec le pont du Corbeau, en attendant que le bonhomme passe au vert. Comme annoncé début février, des décompteurs de temps d’attente pour les piétons ont été installés à ce carrefour très fréquenté du centre-ville de Strasbourg.

L’objectif du compte à rebours ? Inciter les piétons à ne pas traverser en dehors du feu vert grâce à l’indication d’un temps d’attente sur le coffret. « ça te fait un peu mieux patienter », souffle Jérôme.

«Ça amuse mes enfants »

Néanmoins, cela n’empêche pas de nombreux piétons à traverser au rouge. « Souvent on regarde à gauche, à droite et s’il n’y a personne on traverse… Je le fais aussi, avoue Jean-Pierre qui s’est rendu compte de la présence du compteur, une fois la route traversée. Mais c’est pas mal ! Dans la mesure où on nous dit qu’il reste dix secondes à attendre, eh bien on attend ! Je pense que c’est un plus. »

Moins convaincus par ce décompteur, la cycliste Céline « trouve que c’est superflu… C’est pour les gens pressés ». Dans sa voiture, à l’arrêt au feu rouge, Michel n’a pas vraiment d’avis sur la question. « J’ai seulement constaté que ça amusait mes enfants », sourit le Strasbourgeois.

Cette avant-première nationale – ces compteurs existent déjà au Canada, au Danemark ou en Asie, mais c’est la première fois que le ministère des Transports autorise son expérimentation en France – pourrait être inscrite par la suite dans le Code de la route si les résultats sont concluants.

Des coffrets mixtes piétons-cycles aussi

Dans le même temps, Strasbourg expérimente également les coffrets mixtes piétons-cycles. qui combinent deux signaux lumineux : l’un destiné aux piétons, l’autre aux cyclistes. Ces derniers ont désormais un signal plus explicite pour leur permettre de traverser la chaussée. La municipalité se félicite de son « statut de ville pionnière pour les déplacements » et rappelle qu’en 2008 déjà, elle expérimentait le tourne-à-droite à vélo.