L'épicerie solidaire porte ses fruits

Alexia Ighirri

— 

Damien, étudiant, se rend à l'épicerie solidaire deux à trois fois par mois.
Damien, étudiant, se rend à l'épicerie solidaire deux à trois fois par mois. — G. Varela / 20 Minutes

Ici, une conserve de cassoulet coûte 0, 16 €, contre 1, 65 € au supermarché. Céréales, sucre, riz ou encore yaourts à bas coût ont trouvé leur place sur les étagères de l'Agoraé.

Au pied de la fac de droit de Strasbourg, l'épicerie solidaire propose aux étudiants des produits provenant de la Banque alimentaire depuis la mi-décembre. Date à laquelle Damien, 21 ans, a commencé à s'y rendre deux à trois fois par mois : « Ce n'est pas le même type d'achats qu'au supermarché. Là, il n'y a pas de poisson ou de surgelés. Mais les produits de l'Agoraé me suffisent. »

Emmanuel, 29 ans, s'y rendait pour la première fois lundi : « Je suis content de pouvoir en bénéficier, parce que je ne travaille pas et que c'est compliqué financièrement. ça coûte tellement moins cher ici. J'allais faire mes courses en Allemagne pour économiser, j'y retournerai pour ce que je ne trouve pas ici. » A l'épicerie solidaire, les bénéficiaires disposent d'un budget de 7 à 15 €, selon leurs situations. « Ce qui équivaut à 100 € dans un supermarché », souligne Alexandre Schohn, président du bureau de l'Agoraé.

Diversifier l'offre


Les bénéficiaires doivent être acceptés par une commission, qui calcule le reste à vivre sur un mois. Si ce dernier se situe entre 1, 20 € et 7, 30 €, alors il est admis. Et selon Alexandre Schohn, bon nombre d'étudiants seraient dans cette situation : « Il y a un potentiel… Pour le moment, on a une trentaine de bénéficiaires, parce qu'on a ouvert dans une période creuse, entre les vacances et les examens. Aujourd'hui, les étudiants sont de retour sur le campus. »

Outre sa capacité à grossir le nombre de bénéficiaires – parmi eux, des boursiers, non-boursiers, ou des étudiants qui ont dû payer une grosse facture et ont alors besoin d'aide pendant deux mois – l'Agoraé réfléchit à diversifier son offre, en proposant des paniers de légumes à 4, 50 € en partenariat avec Les jardins de la Montagne Verte et Campus Vert. Voire à vendre des poêles ou du matériel de bureau.

■ « Crêpes party »

En ces temps de Chandeleur, et pour mieux faire connaître sa structure, l'Agoraé organise ce mardi une « crêpes party » devant l'amphithéâtre Athéna sur le campus de 11 h à 15 h.