La délinquance passée au crible

Gilles Varela

— 

Quelque 379 opérations ciblées ont été menées contre les trafics de stupéfiants.
Quelque 379 opérations ciblées ont été menées contre les trafics de stupéfiants. — G. Varela / 20 Minutes

Une amélioration. Le préfet du Bas-Rhin, Stéphane Bouillon, a présenté vendredi le bilan 2013 de la sécurité intérieure pour le département. Premier constat : si les atteintes faites aux personnes ne baissent que de 0, 45 %, soit 34 victimes de moins, les atteintes aux biens, les destructions et les dégradations ont en revanche diminué de 12, 76 %. A noter que la dégradation de véhicules privés a chuté (-19, 90 %), les vols à main armée plus encore (-28 %).

Un bilan satisfaisant mais terni : « comme partout en France, une vague de cambriolages a touché le Bas-Rhin. Avec une augmentation de 2, 95 %, soit 102 faits supplémentaires », indique le préfet. Sont notamment concernées les résidences principales et secondaires. « Mais ces actes ont significativement diminué, de près de 14 % ces dernières semaines suite à l'activation d'un plan anti-cambriolage », tempère-t-il. Autre point noir très surveillé : la cybercriminalité avec une « explosion » des escroqueries ou la diffusion de fausses informations notamment.

Baisse des violences urbaines


Un bilan malgré tout positif, et qui souligne l'efficacité et la synergie des méthodes utilisées. Une collaboration étroite entre les forces de polices et judiciaires, de renseignements et d'investigations. Mais aussi l'efficacité des zones de sécurité prioritaires, à qui le préfet impute la baisse des violences urbaines (-13 %), et la lutte intensifiée contre les trafics de stupéfiants avec une « tolérance zéro » et la «double peine», à savoir la saisie d'avoirs criminels (plus de 4 millions d'euros). Côté insécurité routière, malgré une baisse de 2, 4 % du nombre de morts, d'accidents et de blessés, la route à fait 40 victimes.