Station d'épuration en eaux troubles

©2006 20 minutes

— 

Chants, banderoles et distribution d'eau de source. C'est dans une ambiance festive qu'une soixantaine de personnes venues de Mollkirch a manifesté, hier place Broglie, dans le cadre de l'implantation d'une station d'épuration entre leur commune et le village voisin de Grendelbruch. Non hostiles à sa création, ils dénoncent toutefois le lieu choisi pour son futur emplacement. « D'autant que celui-ci a fait l'objet d'enquêtes publiques qui ont abouti à des avis défavorables », précise Eric Scandella, porte-parole des manifestants. En cause, la probable pollution du cours d'eau de la Magel : « Un trop petit ruisseau pour supporter le déversement des effluents de ces deux villages », estime Eric Scandella. Pour éviter ce type de risque, les manifestants proposent une solution « en aval de la vallée. Il s'agit d'un terrain vide, accessible et qui permettrait de déverser l'eau [traitée] dans la Bruche sans que cela ne pose de problème », argumente Eric Scandella.

Autre raison du mécontentement des habitants de Mollkirch, le manque d'informations qui entoure selon eux ce projet. « Depuis les enquêtes publiques menées en 2004, c'est le silence radio de la part du préfet, alors que c'est justement lui qui prendra la décision finale », regrette Eric Scandella. Contactés dans l'après-midi, les services de la préfecture n'ont pas donné suite à notre appel.

Philippe Wendling

Selon un manifestant, la température de l'eau reversée à la sortie d'une station d'épuration serait trop chaude pour ne pas perturber la reproduction des truites sauvages, encore présentes dans la Magel.