Les eaux-de-vie d'Alsace en péril ?

Alexia Ighirri
— 
L'Europe réglemente les spiritueux.
L'Europe réglemente les spiritueux. — G. Varela / 20 Minutes


Les eaux-de-vie alsaciennes ne veulent pas trinquer. Face à l'évolution du règlement européen sur les spiritueux – pouvant faire disparaître l'appellation « Alsace » des étiquettes – le comité des distillateurs et liquoristes de la région veut obtenir une IG (Indication géographique). « Cinq* productions listées par l'Europe n'avaient pas de cahiers des charges. Avant 2015, il en faut un sinon on n'aura plus le droit d'indiquer l'origine alsacienne », indique Régis Syda, directeur de la distillerie Wolfberger et président de ce comité.



« Un gage de qualité »



Une IG permettrait de résoudre ce souci et aussi de « monter qu'on a un savoir-faire ici », poursuit-il. « Les gens regardent les étiquettes et l'adresse. L'appellation Alsace est un gage de qualité, de patrimoine. On aurait dû le protéger depuis longtemps », note Julie, gérante de la cave Baumann à Strasbourg. « L'IG est aussi intéressante à l'export, elle permet de se différencier », ajoute Céline Cabanel d'Alsace Qualité. Surtout face aux concurrents allemands, autrichiens, suisses ou italiens.