Les amis de Pinar Selek font de la résistance

Gilles Varela

— 

La sociologue turque Pinar Selek.
La sociologue turque Pinar Selek. — G. Varela / 20 Minutes

Une seizième année d'épreuve et un soutien qui ne faiblit pas. Il y a tout juste un an, Pinar Selek apprenait qu'elle venait d'être condamnée à une peine de prison à perpétuité assortie d'un mandat d'arrêt par un tribunal d'Istanbul. Portée par ses nombreux amis et protégée par le statut de réfugiée politique obtenu en février 2013, Pinar Selek voit en la visite prochaine du Président François Hollande en Turquie comme une chance d'aborder le sujet et mettre un terme à ce que son collectif de soutien appelle « un acharnement juridique ».

« Elle est l'une d'entre nous »


Et ils sont nombreux et fidèles les soutiens à la sociologue turque. Politiques, universitaires, associatifs. « Elle est l'une d'entre nous. Elle est poursuivie pour ce qu'il y a de plus fondamental dans les valeurs de l'université. C'est la liberté de faire des recherches et la liberté de les diffuser et toute l'université est basée sur ces valeurs essentielles. Nous ne pouvons pas admettre qu'un gouvernement ou un régime quel qu'il soit contrevienne à ces valeurs fondamentales », explique Alain Beretz, président de l'université de Strasbourg. Une lettre et un dossier ont été adressés à François Hollande par le collectif de soutien. Une campagne de lettres demandant l'acquittement a été lancée et sera adressée au gouvernement turc avant l'examen de son dossier par la cour de cassation. « Mais au-delà de mon propre cas ce sont d'autres luttes que nous menons, d'autres idées que nous défendons. Si on continue à résister, on crée de belles choses », précise Pinar Selek.

■ Perpétuité

L'universitaire a été condamnée à la perpétuité en 2013 après trois acquittements pour une explosion dans un bazar d'Istanbul en 1998. Les rapports d'expertises parlent, eux, d'une fuite de gaz.