L'ARS alerte sur l'habitat indigne

— 

L'habitat indigne concerne 2,9 % du parc privé en Alsace. (Illustrations)
L'habitat indigne concerne 2,9 % du parc privé en Alsace. (Illustrations) — G. Varela / 20 Minutes

Difficile de repérer un logement indigne. On le trouve en ville ou à la campagne, mais se cache dans un garage, un sous-sol… L'insalubrité peut aussi relever de l'absence de sanitaires, de la vétusté des installations électriques, etc. « Le ministère en charge du Logement évalue à environ 20 500 le nombre de logements potentiellement indignes dans le parc privé en Alsace en 2011 », annonce l'Agence régionale de santé (ARS).

1 129 signalements


Ce que note le directeur général de l'ARS, Laurent Habert : « Les locataires connaissent mal leurs droits et les procédures ». De fait, les signalements proviennent le plus souvent des travailleurs sociaux. En 2013, 1 129 ont été effectués à l'ARS ou auprès des services communaux d'hygiène et de santé de Strasbourg, Colmar et Mulhouse. Une hausse de 43 % des signalements par rapport à 2012.

Dans les 126 contrôles effectués par l'Agence régionale de santé, les situations constatées sont notamment l'humidité des logements due à un manque de ventilation, l'inadaptation des chauffages. « Les problèmes d'insalubrité peuvent se résoudre très rapidement, annonce Valérie Bonneval, du pôle santé et risques environnementaux de l'ARS. Les cas non résolus sont ceux des propriétaires occupants. Les locataires ne doivent pas craindre l'expulsion si un logement est déclaré insalubre car ils sont alors encore plus protégés et peuvent bénéficier d'un relogement. » F. H.