L'Unistra prend soin de ses sous

— 

Alain Beretz, président de l'Unistra.
Alain Beretz, président de l'Unistra. — G. Varela / 20 Minutes

L'université de Strasbourg (Unistra) c'est 44 000 étudiants, le 3e employeur du Bas-Rhin et un budget de 482 millions d'euros en 2014*. « Ce budget n'est pas à la hauteur de ce qu'on attend, de ce qu'on mérite, note Alain Beretz, président de l'Unistra. L'autonomie de l'université sans les moyens n'est pas possible. Le budget doit s'ajuster à un manque de ressources mais on ne s'en contente pas. »

Des déséquilibres


Dans cette enveloppe, 337 millions d'euros sont consacrés à la masse salariale, 120 millions au fonctionnement général. « Ce sont des types de leviers sur lesquels jouer », estime Alain Beretz, qui voit en la masse salariale une première source de déséquilibre du budget : « Le ministère ne compense pas, par exemple, l'augmentation automatique des salaires des fonctionnaires. On doit trouver 2, 5 millions d'euros pour ça. » L'Unistra prévoit ainsi des gels de postes en 2014, qui concerneront 1 % des postes enseignants. Seconde source de déséquilibre : les frais d'environnement. « Ici, il y a une forte activité de recherche qui produit un surcoût. On est ravi d'accueillir un doctorant, mais il commande des livres, il fait des photocopies… cela génère des charges et on aimerait qu'elles soient prises en compte par le ministère », plaide Alain Beretz. Selon lui, l'Unistra se verra dans l'obligation d'engager des réformes structurelles. Un débat se tiendra courant 2014. A. I.