Un rapport rouvre le débat du GCO

Alexia Ighirri

— 

Les " anti-GCO " sont prêts à se lever contre l'autoroute à péage préconisée.
Les " anti-GCO " sont prêts à se lever contre l'autoroute à péage préconisée. — G. Varela / 20 Minutes

Alors qu'on le croyait enterré, voilà que le projet de Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) est de retour. Le rapport d'expertise commandé par le ministre des Transports l'an dernier, préconise en effet la création d'une autoroute à péage (2x2 voies) contournant Strasbourg par l'ouest. Une opération à mener de concert avec la requalification de l'actuelle portion strasbourgeoise de l'A35 qui perdrait alors son statut d'autoroute. En relançant le projet, le rapport rouvre aussi le débat qui l'entourait.

Une bonne réponse ?


Défenseurs de ce contournement ouest, Philippe Richert, président du conseil régional, et Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin, ont ainsi été confortés dans leur position. Tout comme la Chambre de commerce et d'industrie qui militait pour sa mise en place ou les membres de l'Automobile Club y voyant « un maillon indispensable à l'accessibilité de Strasbourg ».

Roland Ries, le maire de Strasbourg, qui estimait que le GCO était « une mauvaise réponse à une bonne question », salue « une base de travail fort précise » des experts qui offre un « début de réponse globale ». Un changement d'attitude, selon les écologistes, restant fermement opposés à cette « mauvaise réponse ». Veillant au contexte environnemental du projet, Maurice Wintz, président régional d'Alsace Nature assure qu'« on ne peut pas faire mine de s'inquiéter du changement climatique et poursuivre des politiques de ce type ».

Les collectifs « GCO non merci » et « GCO Vendenheim » déplorent entre autres l'inefficacité d'une autoroute à péage… Ainsi débute un nouvel épisode de la bataille entre pro et anti GCO.